Bulgarie : activités économiques

L'agriculture fournit du blé et du maïs, ainsi que du tabac, des fruits, des roses et des vins, principaux produits d'exportations. A côté des traditionnelles industries textiles et alimentaires se sont développées la sidérurgie, la métallurgie et l'industrie chimique, valorisant notamment les productions du sous-sol (lignite et cuivre surtout). Le tourisme est actif sur le littoral de la mer Noire.

1. L'agriculture

La collectivisation, réalisée entre 1950 et 1958, a regroupé, au sein de coopératives et de fermes d'État, des terres auparavant morcelées en petites propriétés. Ce regroupement a favorisé le développement de l'irrigation et de la mécanisation, et a entraîné une forte augmentation des rendements agricoles. La restitution des terres en 1991 a désorganisé les coopératives, provoquant une baisse des rendements, voire, par endroits, l'abandon des cultures. Fort d'un cheptel de plus de 1,7 million de têtes, l'élevage ovin joue un rôle important dans les zones de montagnes tandis que les cultures céréalières sont concentrées dans les plaines. La plaine du Danube est également spécialisée dans certaines cultures industrielles (tournesol, betteraves). Celle de Haute-Thrace possède d'importants vignobles et s'adonne, outre la culture du coton, à de nombreuses productions maraîchères. La culture du tabac est pratiquée dans le Rhodope, et la pêche autour du port de Burgas. Enfin, le littoral de la mer Noire compte d'importantes infrastructures touristiques, autour de Varna notamment, et accueille, chaque année, plusieurs millions de touristes.

2. L'industrie

Les principales ressources minières de la Bulgarie sont situées dans le Rhodope (plomb et zinc à Kărdžali, cuivre à Pirdop) et à Kremikovci, près de Sofia (fer). Le pays possède également un important gisement de lignite dans la vallée de Haute-Thrace (Haskovo), mais produit peu de charbon (Pernik) et doit importer du pétrole de la C.E.I. (Communauté d'États indépendants) et du Moyen-Orient. L'essentiel de la production électrique est assuré par la centrale nucléaire déjà ancienne de Kozloduj, la centrale thermique de Marica-Iztok et les barrages hydroélectriques installés sur le Danube. Les principaux centres industriels sont Sofia (métallurgie, chimie, textile), Plovdiv et la plaine de Haute-Thrace (métallurgie, agroalimentaire, chimie, électromécanique), les ports de Varna (chimie, chantiers navals) et de Burgas (raffinerie), ainsi que les villes danubiennes de Ruse (chimie, électromécanique) et de Pleven (raffinerie de pétrole). La plupart de ces agglomérations souffrent d'importants problèmes de pollution et de restructuration industrielle.

3. La politique économique

Après avoir traversé une période délicate de restructuration dans les années 1990, la Bulgarie a connu récemment une forte croissance accompagnée d'une baisse du nombre de chômeurs, d'un redressement financier et d'une forte hausse, en 2006 et en 2007, des investissements directs étrangers (venant en majorité d'Autriche et des Pays-Bas). L'entrée en 2007 dans l'Union européenne a permis à la Bulgarie de recevoir des aides de fonds structurels et de cohésion en provenance de l'Union ; la pérennité de ces aides dépend cependant de la réussite de la lutte contre la corruption. La politique du gouvernement privilégie le secteur privé, la diminution des impôts et des prélèvements obligatoires. En contrepartie, l'inflation est de plus en plus forte et les importations sont supérieures, en valeur, aux exportations. La Bulgarie, qui cherche à définir des axes principaux de développement, s'engage aujourd'hui vers les technologies de l'information et de la communication.

4. Le commerce extérieur

Jusqu'en 1990, la Bulgarie réalisait plus de 75 % de ses échanges avec les pays du C.A.E.M. (Conseil d'assistance économique mutuelle, ou Comecon), important du pétrole de l'ex-Union soviétique et exportant des produits agricoles, métallurgiques et électromécaniques. À partir de 1991, la Bulgarie s'est efforcée de réorienter ses échanges vers l'Union européenne, tout en restant dépendante des livraisons en pétrole et en gaz naturel de la C.E.I. (Communauté d'États indépendants). Située sur l'axe Belgrade-Istanbul qui relie l'Europe médiane à la Turquie, et reliée au port de Thessalonique (Grèce) par la vallée de la Struma, la Bulgarie est appelée à jouer un rôle essentiel dans le développement des échanges trans-balkaniques.

Pour en savoir plus, voir les articles géographie physique de la Bulgarie et Population de la Bulgarie.