Accueil > langue française > dictionnaire > mobilité n.f.

mobilité

nom féminin

(latin mobilitas, -atis)

  • 1. Propriété, caractère de ce qui est susceptible de mouvement, de ce qui peut se mouvoir ou être mû, changer de place, de fonction : Mobilité de la mâchoire.

    Synonymes :

    motilité - souplesse

    Contraire :

    immobilité

  • 2. Caractère de ce qui change rapidement d'aspect, de forme, etc. : Mobilité du visage.

    Synonyme :

    mouvance

    Contraire :

    fixité

  • 3. Caractère de ce qui est instable, variable, fluctuant : Mobilité des sentiments.

    Synonymes :

    fluctuation - inconstance - instabilité - variabilité - versatilité

    Contraires :

    constance - immuabilité - invariabilité - pérennité

  • Électricité

    4. Vitesse de déplacement d'un ion soumis à un champ électrique égal à l'unité.
  • Métrologie

    5. Qualité d'un instrument de mesure dans lequel il suffit d'une petite variation de la grandeur à mesurer pour modifier la position du dispositif indicateur.
  • Sociologie

    6. Changement de lieu de résidence (mobilité géographique), ou d'activité économique (mobilité professionnelle). [Le Fonds national de l'emploi décerne un certain nombre d'aides à la mobilité.]

Expressions avec mobilité

  • Militaire

    Mobilité stratégique,

    capacité des forces terrestres, navales et aériennes d'effectuer des mouvements de grande amplitude.
  • Mobilité tactique,

    capacité d'une unité de manœuvrer au combat sur tous les types de terrain et malgré le feu ennemi.
  • Sociologie

    Mobilité sociale,

    changement de position sociale d'une personne, d'un groupe, soit à l'intérieur d'une même strate sociale (mobilité horizontale), soit en passant d'une strate sociale à une autre plus ou moins élevée (mobilité verticale).

Citations avec mobilité


  • Benjamin Constant de Rebecque (Lausanne 1767-Paris 1830)
    Nous sommes des créatures tellement mobiles que les sentiments que nous feignons, nous finissons par les éprouver.
    Adolphe

Mots proches

Quel mode convient-il d'employer à la suite de la locution « après que » ?