En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

lac Vostok

Le plus grand lac sous-glaciaire du monde (230 km de long, jusqu'à 85 km de large), dans l'Antarctique.

Enfoui sous 4 km de glace, sous la station de recherche russe Vostok, à environ 1 200 km au S.-E. du pôle sud, il a été découvert en 1996 grâce à des images obtenues par satellite.

Ce lac d'eau pure, d'une superficie comparable à celle du lac Ontario (15 000 km2), est isolé de la surface depuis 400 000 ans. Il pourrait contenir des formes de vie jusqu'ici inconnues, vraisemblablement des organismes unicellulaires. L'étude de ce milieu unique permettrait de comprendre si la vie peut se développer dans des conditions similaires, par exemple sur Europe, satellite de Jupiter. Cette lune pourrait en effet posséder un vaste océan sous l'épaisse couche de glace qui recouvre sa surface (→ exobiologie).

Des travaux de forage soviétiques ont été entamés en 1989 à l'aplomb du lac Vostok, alors que sa présence était encore insoupçonnée. Mais en 1991, les travaux sont interrompus à la suite de l'effondrement de l'U.R.S.S. En 1996, à la découverte du lac par les satellites, le forage reprend. L'étude des carottes de glace prélevées permet ainsi de comprendre les évolutions du climat depuis 400 000 ans, notamment le lien entre température et concentration en dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

Le forage est cependant interrompu une nouvelle fois en 1998, à seulement 188 m au dessus de la surface du lac. Les scientifiques craignent un désastre écologique, une pollution du lac par le kérosène et d'autres produits employés lors du forage étant fort probable. En 2006, l'Institut russe de recherche scientifique pour l'Arctique et l'Antarctique estime ces questions résolues et reprend le forage. En février 2012, l'Institut annonce avoir atteint le lac : le forage atteint 3 768 mètres.