En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Mékong

Le Mékong
Le Mékong

Fleuve d'Asie, le plus long du Sud-Est asiatique (environ 4 200 km) avec un bassin de 800 000 km2 et un débit moyen annuel de l'ordre de 17 000 m3s.

Le cours du Mékong concerne 6 pays : la Chine, la Birmanie, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Viet Nam. Depuis 1995 la Commission du Mékong pour le partage des eaux réunit les quatre pays du bassin inférieur du fleuve. Sa fonction est seulement consultative.

Né sur le plateau du Tibet, à plus de 5 000 m d'altitude, le fleuve traverse le Yunnan et parcourt sur près de 2 000 km des gorges profondes et sauvages. À sa sortie de Chine, à 300 m d'altitude, il forme la frontière entre, successivement, la Chine et la Birmanie, la Birmanie et le Laos, la Thaïlande et le Laos.

De Pak Tha, où il entre au Laos, à Luang Prabang, son cours est accidenté d'une série de rapides et son débit est grossi de ceux des Nam Beng, Nam Ou et Nam Seng. À nouveau, en aval de Pak Lay, pendant 820 km, le fleuve sert de frontière entre la Thaïlande et le Laos.

À Vientiane, il entre en plaine et constitue, jusqu'à Savannakhet, un très beau bief navigable, coupé immédiatement à l'aval par les chutes de Kemmarat. Après la confluence avec le plus gros tributaire, Chi et Mun réunis, qui drainent un bassin thaïlandais de 117 000 km2 (de même superficie que, en France, le bassin de la Loire), la vallée s'élargit pendant 200 km environ jusqu'aux grandioses chutes de Khone (ou Khong), où la dénivellation est de 20 m sur une distance de 10 km. Des affleurements rocheux et des îlots séparent le lit en plusieurs bras.

Puis le fleuve entre dans la plaine cambodgienne, reçoit trois gros affluents de rive gauche, Sé Khong, Sé San, Srépok, franchit les rapides de Préapatang et de Sambor, passe à Kratié. Aux « Quatre-Bras », il se divise en plusieurs branches : l'une le fait communiquer avec le Tonlé Sap ; deux autres, à l'entrée desquelles est située Phnom Penh, forment la tête du delta. Le bras occidental, ou Bassac, arrose Chu Phu (anciennement Chau Doc), Long Xuyên et Cantho ; le bras oriental traverse Vinh Long et se divise en quatre embouchures. Le delta, qui forme la partie méridionale du Viêt-nam, s'accroît vers le sud sous l'influence de forts courants littoraux du nord-est.

Alimenté dans son bassin supérieur par la fonte des neiges et dans les parties basses par la mousson, le Mékong a un régime simple très contrasté. À Kratié, la crue annuelle dure de juin à février. Habituellement, à la fin de la saison sèche, le débit minimal tombe au-dessous de 1 500 m3s ; le maximum, en septembre/octobre, est, en moyenne, de 33 200 m3s, mais il peut être très supérieur, comme en 1939 où il a atteint 67 000 m3s. Le niveau de l'eau s'élève alors de 12 m au-dessus de l'étiage et la crue reflue dans le Tonlé Sap, qui, au contraire, déverse ses eaux vers le fleuve d'octobre à mai ; l'inondation couvre 20 000 km2, et les riverains du bas Mékong vivent sur les levées de terrain ou dans des cases sur pilotis.

Depuis quelques années, la Chine a construit des barrages sur le Mékong dans la traversée du Yunnan ; quatre sont en service et deux autres au moins en projet. Il existe également des projets de barrages, au Laos, au Cambodge et au Viet Nam. Dans ce contexte, la commission du Mékong a commandé des études d'évaluation de l'impact des barrages sur l'ensemble de l'organisme fluvial.