En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Poivre

 Pamplemousses, île Maurice
Pamplemousses, île Maurice

Administrateur colonial français (Lyon 1719-Lyon 1786).

Fils de soyeux, il étudie d’abord dans un collège catholique de Lyon, puis envisage de devenir prêtre missionnaire et est envoyé au séminaire des Missions étrangères, à Paris. En 1741, il s’embarque pour la Chine et la Cochinchine, afin d’aller découvrir ces pays et en apprendre la langue. Alors qu’il regagne la France, en 1745, le bateau à bord duquel il se trouve est attaqué par les Britanniques. Il échappe de peu à la mort ; un boulet lui arrache le bras droit, ce qui l’oblige à renoncer à devenir missionnaire. Déposé comme prisonnier à Batavia (actuelle Jakarta), il se documente sur la culture des épices, qu’il souhaite introduire dans les colonies françaises pour briser le monopole des Hollandais sur la vente de ces denrées.

Libéré, il gagne Pondichéry (1746), puis l’île de France (aujourd’hui île Maurice). De retour en France en 1748, il repart l’année suivante en Cochinchine avec la mission secrète de voler des épices aux Hollandais. Après bien des péripéties, il revient à l’île de France, avec quelques plants de muscadiers et de girofliers qu’il s’efforce d’acclimater. Il regagne la France en 1756 et y mène pendant dix ans une vie familiale paisible.

Puis, intendant des îles de France et de Bourbon (→ La Réunion) [1767-1773], il va donner une vive impulsion à l’agriculture et au commerce dans ces colonies : il y développe les cultures vivrières et surtout la culture des épices (girofle, muscade, poivre, cannelle, quatre-épices), notamment dans le jardin botanique qu’il aménage à l’île de France (jardin des Pamplemousses). Il se distingue aussi par son souci d’améliorer le sort des esclaves.

À l’île de France, il accueille en 1768 le botaniste Philibert Commerson, ainsi que Bernardin de Saint-Pierre. Ce dernier tombe amoureux de l’épouse de Poivre et cette aventure lui inspire son roman Paul et Virginie.

Poivre a introduit en France le ginkgo, dont il avait rapporté des graines de Cochinchine.

Pour en savoir plus, voir l'article Empire colonial français.