En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Néron

en latin Lucius Domitius Claudius Nero

Néron
Néron

(Antium 37 après J.-C.-Rome 68), empereur romain (54-68).

Fils d'un patricien, Cneius Domitius Ahenobarbus, il était le neveu de Caligula et le descendant d'Auguste par sa mère, Agrippine la Jeune. Mariée à l'empereur Claude, celle-ci lui fait adopter Néron (en 50), qui épouse Octavie, fille de Claude, en 53. Après avoir empoisonné l'empereur, Agrippine fait reconnaître le pouvoir de Néron (54). Il est alors entouré par deux hommes de talent, Burrus et Sénèque. Les cinq premières années sont heureuses et modérées. Mais la tutelle de sa mère devient trop pesante. Néron, qui a déjà fait empoisonner en 55 le fils de Claude, Britannicus, fait périr Agrippine en 59. À partir de ce moment, il gouverne en tyran, s'appuyant sur le préfet du prétoire Tigellin, qui a succédé à Burrus (62). Il épouse Poppée après avoir répudié Octavie.

Son impopularité grandit rapidement et des conjurations (comme celle de C. Calpurnius Pison en 65) sont réprimées en utilisant la loi de majesté : Sénèque doit se suicider. Le règne s'achève dans une atmosphère de terreur. Dans le même temps, l'esthétisme de Néron l'entraîne à participer à des concours lors des grands jeux, à déclamer ses propres poèmes. Il profite du grand incendie de Rome en 64, qu'il laisse attribuer aux chrétiens, dont un grand nombre sont exécutés, pour chanter son poème sur la prise de Troie et pour rebâtir le centre de Rome autour de son nouveau palais, la Domus aurea.

En 66, il part pour la Grèce, dont il proclame la « liberté » et qu'il exempte du tribut. À la fin de 67, il revient à Rome. Au début de 68, affronté à la révolte de plusieurs gouverneurs de province (Vindex en Lyonnaise, Galba en Tarraconnaise), abandonné de tous, Néron s'enfuit de Rome. Il se suicide le 9 juin 68.

Sous son règne, la politique extérieure connut cependant quelques succès : il rétablit le protectorat romain sur l'Arménie (59), que lui disputaient les Parthes, et, triomphant des rébellions, il maintint son autorité sur la Bretagne (61), ainsi que sur la Judée (67).