En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

don Juan d'Autriche

Prince espagnol (Ratisbonne 1545-Bouges, près de Namur, 1578), fils naturel de Charles Quint et de Barbe Blomberg (ou Plumberger).

Élevé par Luis Méndez Quijada, et destiné à l'Église, il obtient d'entrer dans l'armée et réprime la révolte des morisques d'Andalousie (1568-1570). Désigné par Pie V pour commander l'escadre de la Sainte Ligue, il détruit la flotte turque à Lépante (→ bataille de Lépante, 7 octobre 1571), où il est blessé, puis occupe Tunis et Bizerte (1574). Lieutenant général à Naples, il négocie secrètement avec Rome, par son secrétaire, Juan de Escobedo, une croisade contre l'Angleterre et son mariage avec Marie Stuart, mais ses tractations sont révélées par Antonio Pérez à Philippe II, résolu à l'empêcher d'accéder à un trône. Il n'en est pas moins nommé gouverneur général des Pays-Bas à la mort de Requesens (1576). Il y trouve les troupes mutinées, se livrant à des excès (sac d'Anvers) qui rapprochent les catholiques et les calvinistes dans la pacification de Gand (novembre 1576). Il doit accepter, par l'Édit perpétuel (février 1577), d'évacuer les provinces du Sud, ce qui ruine ses projets contre l'Angleterre et permet à Guillaume d'Orange de s'établir à Bruxelles. Mais, à l'arrivée d'Alexandre Farnèse, il reprend l'offensive, résolu à mettre le pays « à feu et à sang »; victorieux à Gembloux (janvier 1578), le « Prince imprudent » meurt, vraisemblablement empoisonné.

Andalousie, Pays-Bas : histoire.