En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maurice Jarre

Compositeur français (Lyon 1924-Malibu 2009).

Venu à la composition musicale en écoutant un enregistrement de la deuxième des Rhapsodies hongroises de Liszt, il travailla à ses débuts pour le théâtre : en 1946, il forma un duo avec le compositeur Pierre Boulez pour la compagnie Renaud-Barrault et, en 1951, il fut nommé par Jean Vilar au poste de directeur de la musique au Théâtre national populaire. Dès 1952, il s’exerça à la musique de film, qui devait lui apporter la gloire, et, au début des années 1960, il s’installa à Hollywood. Aucun des films dont il composa la partition, complétant ou magnifiant le travail du metteur en scène, n’aurait eu le même succès sans sa contribution.

Maurice Jarre est le seul compositeur qui ait reçu trois fois un Oscar, et les trois fois pour la musique de films de David Lean : Lawrence d’Arabie (1962), Docteur Jivago (1966) et la Route des Indes (1984). Pour Lean, il écrivit aussi celle de la Fille de Ryan (1970). Au total, son nom apparaît au générique de cent cinquante films, parmi lesquels : le Jour le plus long ([en collaboration avec Paul Anka], plusieurs réalisateurs, 1962), Mourir à Madrid (documentaire de Frédéric Rossif, 1963), l’Obsédé (William Wyler, 1965), Paris brûle-t-il ? (René Clément, 1966), les Damnés (Luchino Visconti, 1969), l’Homme qui voulut être roi (John Huston, 1975), le Dernier Nabab (Elia Kazan, 1976), Jésus de Nazareth (Franco Zeffirelli, 1976), le Tambour (Volker Schlöndorff, 1979), le Cercle des poètes disparus (Peter Weir, 1989). Également auteur de musiques de ballet pour l’Opéra de Paris, il collabora avec Roland Petit pour Notre-Dame de Paris (1965).