En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Justes

Albert Camus
Albert Camus

Pièce en cinq actes et en prose d'Albert Camus (1949).

Moscou, 1905. Socialiste révolutionnaire, le poète Yvan Kaliayev est épris de Dora Doulebov. Avec le bagnard terroriste Stepan Fedorov, il prépare un attentat contre le grand-duc Serge. Kaliayev renonce à lancer sa bombe sur la calèche en apercevant aux côtés du grand-duc sa femme et ses enfants. Il subit la réprobation de Fedorov. Deux jours plus tard, il réussit à tuer le grand-duc. Emprisonné, il refuse de dénoncer ses complices malgré la grâce qu'on lui promet. Après avoir religieusement suivi le récit de l'exécution de son compagnon, Dora décide d'être la prochaine main vengeresse au service de la « justice » révolutionnaire.

D'une rare puissance émotionnelle, l'œuvre montre les conséquences absurdes que provoque la passion de la justice et pose le problème du terrorisme dans tous ces aspects : peut-on être juste en étant criminel ? Peut-on aimer la vie et choisir de mourir par conviction politique ? Faut-il tuer sans haine pour être juste ?

Mélodrame inspiré de données historiques réelles (l'attentat organisé contre le grand-duc de Russie), les Justes, qui ne connut qu'un succès d'estime, annonce l'Homme révolté (1951) et trouve ainsi sa place dans un cycle consacré à la rébellion.