En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Commentaires

La conquête des Gaules, 58-54 avant J.-C.
La conquête des Gaules, 58-54 avant J.-C.

Mémoires de Jules César sur la Guerre des Gaules (De bello gallico) et sur la Guerre civile (De bello civili).

Le premier de ces ouvrages est divisé en sept livres, dont le dernier est sans doute l'œuvre d'Hirtius, lieutenant de César. La Guerre civile comprend trois livres, le récit cessant à la mort de Pompée.

1. La Guerre des Gaules

Jules César rédige à l'automne 52, en à peine trois mois, des notes dont le dessein avoué est de renseigner les historiens futurs. De fait, son récit se réclame de l'objectivité la plus stricte (César ne parle de lui, quasiment, qu'à la troisième personne) : en effet, les sept livres de l'œuvre relatent chacun les événements d'une année de campagne pour soumettre la Gaule, de 58 à 51 avant J.-C. César expose les faits avec sobriété ; il décrit avec exactitude les lieux où ses campagnes l'ont mené et les peuples qu'il a eu à combattre.

Le style est d'une extrême simplicité, mais cette simplicité est le fruit d'un art consommé et d'un travail attentif : César use de mots très ordinaires, tout en leur donnant une grande force expressive par le souci de l'essentiel. Ce style pur et net, mis au service d'une œuvre de grande valeur historique, faisait l'admiration de Cicéron.

Outre son intérêt littéraire et historique, la Guerre des Gaules atteste l'extraordinaire talent politique de son auteur : sous couvert d'impartialité, César cherche en réalité à justifier sa politique extérieure et faire croire qu'il agit non pas par ambition personnelle mais pour le bien de Rome. Elle constitue également une source précieuse de renseignements, particulièrement sur la Gaule et ses habitants avant la conquête.

Livre I (58 avant J.-C.)

Après une introduction qui renferme une description géographique et ethnographique de la Gaule, César relate les premiers événements de sa campagne contre les Helvètes et contre Arioviste. Il a été appelé par les Éduens, puissant peuple de la Gaule celtique, contre les Helvètes, qu'il écrase près de la ville de Bibracte, dans le Morvan.

Puis les Gaulois lui demandent son appui contre Arioviste, roi germain qui s'est établi dans le pays des Séquanes. Après de vaines tentatives de conciliation, César marche contre Arioviste, le bat et le rejette au-delà du Rhin.

Livre II

Campagne contre les Belges (57 avant J.-C.) Les Belges, à l'exception des Rèmes, forment une ligue contre les Romains. César compense l'infériorité de ses forces par l'habileté et la rapidité de ses manœuvres et, après de rudes combats, reçoit la soumission des Belges et de différentes tribus. Pendant ce temps, un de ses lieutenants, Crassus, a soumis les peuples de l'Armorique. La Gaule est pacifiée et César rentre à Rome.

Livre III

Campagnes contre l'Armorique et l'Aquitaine (56 avant J.-C.) Les peuples de l'Armorique se sont soulevés ; les Romains sont obligés de soutenir contre eux une véritable guerre navale, mais parviennent à détruire leur flotte. Pendant ce temps, non sans de rudes combats, Crassus soumet les Aquitains.

Livre IV

Campagnes en Germanie et en Bretagne (55 avant J.-C.) Quelques bandes germaniques ont attaqué César ; elles sont battues et rejetées au-delà du Rhin. Puis César fait jeter un pont sur le fleuve, passe sur la rive droite et ravage le pays des Sicambres. Il revient rapidement en Gaule et projette une expédition en Bretagne (l'actuelle Angleterre). Il débarque sur la côte sud (près de Douvres ?), perd une partie de sa flotte dans une tempête, remporte des succès militaires, et regagne la Gaule où il soumet quelques rebelles.

Livre V

Deuxième expédition en Bretagne (54 avant J.-C.) César débarque de nouveau en Bretagne et repousse une seconde fois les Bretons. Puis il répare ses bateaux endommagés par une violente tempête. La lutte reprend et, malgré la résistance des Bretons qui possèdent des chars de guerre et combattent habilement, les Romains franchissent la Tamise, obligent les différentes tribus à faire leur soumission, et rentrent en Gaule.

Livre VI

Soulèvements en Gaule (53 avant J.-C.) Différents peuples, Trévires, Nerviens, Ménapiens, Sénones, se soulèvent ; César les soumet successivement et dévaste leurs pays. Puis il franchit le Rhin et marche contre les Suèves, qui se retirent dans leurs forêts. César décrit alors la forêt hercynienne et les animaux qu'on y trouve. Les Romains reprennent la campagne contre Ambiorix ; ils ravagent le pays des Éburons, mais échouent à s'emparer d'Ambiorix.

Livre VII

Soulèvement général de la Gaule (52 avant J.-C.) Presque tous les peuples gaulois s'unissent sous la direction d'un jeune chef arverne, Vercingétorix. César accourt, protège la province de Narbonne, marche au secours des Boïens que menace Vercingétorix. Celui-ci est battu et se retranche dans Alésia, où César le bloque étroitement. Après d'importants travaux de siège, César repousse l'armée venue au secours de Vercingétorix et oblige celui-ci à capituler.

Pour en savoir plus, voir l'article Gaule.

2. La guerre civile

Les Commentaires de la guerre civile, en trois livres, font suite à la Guerre des Gaules et racontent la lutte entre César et Pompée pendant les années 49 et 48 jusqu'à l'arrivée de César en Égypte et son arbitrage entre Cléopâtre et son frère Ptolémée Aulète (→ Lagides) : la mort de César laissa le récit inachevé.

Bien qu'il prétende à la même objectivité que dans la Guerre des Gaules, César se montre d'une ironie féroce à l'égard de l'aristocratie sénatoriale, sur laquelle il rejette la responsabilité de la guerre civile et la nécessité de sa prise de pouvoir. Le style est volontairement dépouillé et uni, avec parfois des effets d'éloquence qui traduisent l'indignation de César devant l'inconséquence des sénateurs ou sa compassion pour les souffrances des hommes, qu'ils soient ou non de son parti.

Des commentateurs (dont Aulus Hirtius) donnèrent une suite à la Guerre civile dans la Guerre d'Alexandrie, la Guerre d'Afrique et la Guerre d'Espagne, rappelant les campagnes de César de 48 à 45.

Pour en savoir plus, voir les articles Jules César, Rome.