Identifiez-vous ou Créez un compte

urètre

Appareil urinaire féminin
Appareil urinaire féminin

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Conduit allant du col de la vessie au méat urétral, qui permet l'écoulement de l'urine et, chez l'homme, le passage du sperme. (P.N.A. urethra.)

Le diamètre moyen de l'urètre est de 10 millimètres. Sa morphologie est très différente chez la femme et chez l'homme.

L'urètre féminin est court (3 à 4 centimètres) et quasiment rectiligne. Il va de la vessie au méat urétral, situé au niveau de la vulve entre le clitoris et l'orifice vaginal.

L'urètre masculin est plus long (12 centimètres). Il comprend deux parties :

— l'urètre postérieur, long de 4 centimètres, qui fait suite au col vésical et est entouré par la prostate (urètre prostatique), sous laquelle se trouve le sphincter urétral assurant la continence ; dans l'urètre prostatique s'ouvrent les canaux éjaculateurs et les canaux prostatiques, qui permettent l'écoulement du sperme dans l'urètre ;

— l'urètre antérieur, long de 8 centimètres, qui est entouré du corps spongieux et des corps caverneux et traverse successivement le scrotum et le pénis pour s'ouvrir à l'extrémité du gland.

Examens

Les principaux examens permettant d'explorer l'urètre sont :

— les examens bactériologiques, qui portent essentiellement sur l'étude d'un prélèvement ou d'une urétrorrhée (écoulement urétral) ;

— les examens radiologiques : urétrocystographie mictionnelle, urographie intraveineuse, urétrographie rétrograde ;

— l'urétroscopie (examen de l'urètre au moyen d'un endoscope) ;

— la biopsie urétrale.

Pathologie

L'urètre peut être le siège de multiples affections, parmi lesquelles on distingue :

— les infections, qui sont le plus souvent sexuellement transmissibles, comme l'urétrite gonococcique (blennorragie) ;

— les rétrécissements de l'urètre et de son méat, séquelles d'une urétrite ou conséquences d'un traumatisme ;

— les tumeurs de l'urètre, rares mais graves ;

— l'urétrocèle (dilatation d'un segment de l'urètre), qui affecte surtout la femme ;

— le prolapsus (glissement) de la muqueuse du méat urétral, parfois également appelé urétrocèle, affection bénigne survenant surtout chez la femme âgée ;

— les malformations congénitales de l'urètre telles que l'hypospadias, l'épispadias (malformations dans lesquelles le méat urétral ne siège pas à sa place normale sur le gland) ou la valve urétrale (présence dans l'urètre de replis muqueux qui empêchent le passage de l'urine).

Voir : sténose génito-urinaire, urétrite, urétrocystographie mictionnelle, urétroplastie, urétroscopie, urétrotomie.