En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

mycose

Localisation des mycoses
Localisation des mycoses

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Infection provoquée par un champignon microscopique.

Les champignons microscopiques se répartissent, selon leur morphologie, en levures, en champignons dimorphes et en moisissures. Certains (Candida, Cryptococcus, etc.) sont normalement présents sur la peau ou dans l'organisme sans leur nuire. Ils n'engendrent des mycoses profondes que chez des personnes aux défenses immunitaires affaiblies (greffés d'organes, malades du sida, héroïnomanes, patients traités par chimiothérapie, immunosuppresseurs ou corticothérapie).

Les mycoses cutanéomuqueuses, moins graves, sont aussi plus fréquentes. Parfois, elles se déclarent en cas de traitement par un antibiotique à large spectre ; une hygiène déficiente favorise également leur apparition.

Différents types de mycose

Les mycoses superficielles (cutanées ou cutanéomuqueuses) se manifestent par une atteinte de la peau, des plis ou des espaces entre les doigts (intertrigo), du cuir chevelu (teigne), des ongles (onychomycose), de la bouche ou du vagin. Ce sont, par exemple, des candidoses (muguet, vulvite, balanite, panaris surtout à la main) ou des dermatophytoses (herpès circiné, pied d'athlète, eczéma marginé de Hebra, teignes dont le favus, onychomycose surtout au pied, kérion, sycosis). Les épidermomycoses sont des mycoses touchant l'épiderme, dues principalement aux dermatophytes (champignons appartenant aux genres Epidermophyton, Trichophyton et Microsporum) ou à Malassezia furfur, agent du pityriasis versicolor.

Les mycoses profondes constituent les formes les plus graves. L'infection à candida peut prendre la forme d'une septicémie avec extension à l'endocarde, aux poumons, aux méninges et aux reins. Une autre levure, Cryptococcus neoformans, est responsable de méningoencéphalite et d'atteinte pulmonaire, notamment chez les malades atteints du sida. Aspergillus fumigatus est la cause de l'aspergillose, se manifestant sous la forme de tumeurs pulmonaires ou bronchiques (aspergillomes) chez des malades soumis à une chimiothérapie anticancéreuse ou ayant déjà eu une tuberculose, une affection chronique des bronches ou une mucoviscidose. Certaines formes d’aspergillose, dites invasives ou disséminées, sont souvent mortelles chez les patients immunodéprimés. Les phycomycoses, la sporotrichose, l’histoplasmose et les blastomycoses sont des mycoses profondes.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic des mycoses se fait par l'examen des lésions et par examen, direct et après culture, de prélèvements.

Des traitements locaux spécifiques permettent de guérir la plupart des lésions locales. Les mycoses profondes sont le plus souvent sensibles à l'action des médicaments antifongiques, mais les traitements sont, dans ce cas, généralement de longue durée. Il existe des risques de rechute.

Voir : antifongique, chromomycose, cryptococcose, mycotoxicose.