En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Creedence Clearwater Revival

Groupe américain de rock formé en 1967 à El Cerrito, Californie, par les frères John Fogerty (guitare, chant) et Tom Fogerty (guitare), avec Doug Clifford (batterie) et Stu Cook (basse).

Au début des années 1960, les quatre Californiens, qui jouent ensemble depuis des années, se taillent un gros succès local en s'inspirant du rock, alors flambant neuf, des Beatles (la riposte américaine à l'invasion anglaise est à l'époque massive !). Rien de bien original.

Il faut attendre 1967 pour que, dans une dernière métamorphose, les frères Fogerty et leurs complices trouvent, sous le nom de Creedence Clearwater Revival, leur propre style. Le premier album éponyme annonce, quelques mois plus tard, à travers une poignée de standards rudement exécutés (Suzie Q version up-tempo, ou I Put A Spell On You, reprise efficace bien que moins théâtrale que l'original d'un tube intemporel de Screamin'Jay Hawkins), la naissance d'un grand groupe. Bayou Country, en 1969, confirme tous les espoirs de leurs fans : dégagé des cover-versions (reprises), le quatuor s'impose non seulement comme un solide groupe basique à la croisée des chemins (influences sudistes, couleur louisianaise forcément teintée de rhythm and blues, tempos rockabilly contrastant avec une voix rugueuse et âpre…), mais aussi comme un gang capable de composer d'authentiques tubes comme Proud Mary. Le succès est immédiat.

Machine à rock. Toujours en 1969, Creedence sort coup sur coup les albums Green River et Willie And The Poor Boys (un disque acoustique dont le titre deviendra plus tard, le temps d'un album, le nom d'un groupe monté par Bill Wyman), et les quatre garçons sont élus groupe de l'année et alignent les hits avec une déconcertante désinvolture.

L'année 1970 et le fameux Cosmos Factory (la plus grosse vente de disques de l'année) marquent l'apogée de Creedence, considéré, pendant quelques mois, comme le plus grand groupe du monde. Puis, progressivement, la machine s'enraye. Pendulum, ponctué d'harassantes tournées, puis Mardi Gras en 1972, trahissent un épuisement fatal (accentué par le départ du guitariste du groupe, Tom Fogerty).

La formation implose, en juillet 1972, après une carrière aussi brève que dense, laissant rêveuses des générations entières d'apprentis rockers devant tant d'équilibre, tant de perfection. Pendant que John Fogerty se lance dans une carrière solo en dents de scie, des dizaines d'artistes et de groupes reprennent leurs plus grands chefs-d'œuvre : Tina Turner (Proud Mary), Bob Seger (Fortunate Son, également chanté par Johnny Hallyday sous le titre de Fils de personne), Hanoi Rocks (Up Around The Bend), Bonnie Tyler (Have You Ever Seen The Rain ?), etc., tous cherchent à retrouver à travers les titres de ce groupe mythique une parcelle de leur magie.