En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

rockabilly

(américain rockabilly, de rock et de hillbilly)

Premier type du rock and roll, né de la fusion du blues et de la musique hillbilly et country, interprété par des chanteurs blancs du sud des États-Unis.

Un autre rock

Le rockabilly, contraction de rock et de hillbilly (littéralement, gars des montagnes, c'est-à-dire, plouc), est un dérivé du rock and roll, lui-même issu de la rencontre entre le blues et la musique country.

Reconnu pour être né à Memphis, Tennessee, au milieu des années 1950, dans le studio Sun de Sam Phillips, son premier porte-parole fut Elvis Presley à ses débuts. Ses disciples s'appellent : Johnny Burnette, Carl Perkins, Jack Scott, Warren Smith ou Billy Lee Riley. Son tempo binaire l'affuble irrémédiablement de l'étiquette rock and roll, mais, de par ses origines campagnardes, il s'en différencie par l'emploi d'un instrument peu commun dans la musique populaire : la contrebasse. Et si le rockabilly semble plus agressif et plus sauvage que le rock traditionnel, c'est que les disques sont le plus souvent enregistrés en son direct, les cris du chanteur couvrant presque une guitare vibrante d'écho, tandis que le contrebassiste frappe violemment ses cordes pour signaler sa présence.

« Bananes » et « rouflaquettes »

Au milieu des années 1970, l'Angleterre connaît un renouveau rockabilly avec plusieurs groupes qui s'inscrivent dans cette lignée : Crazy Cavan, Wild Angels, Matchbox, Whirlwind, Alvin Stardust… Bien plus outranciers que leurs aînés, ceux qu'on appelle aussi « teddy boys » arborent fièrement leurs emblèmes : des « rouflaquettes » et une énorme « banane » gominée ; une veste longue aux parements de velours, dite « drap-jacket » ; aux pieds, des boppin'shoes, également appelées « creepers », dont la particularité est d'avoir des semelles compensées. Ils reprennent des standards (Ubangi Stomp, Flying Saucer Rock'n'Roll, Hot Rod) et enregistrent de nouveaux hymnes comme Rockabilly Rebel. Au début des années 1980, tout droit en provenance de New York, Robert Gordon et les Stray Cats, groupe qui remporte un réel succès, pérennisent la tradition en adoptant une recette qui a déjà fait ses preuves. Les Anglais King Kurt et Meteors font de même, profitant du nouvel enthousiasme du public. En France, c'est l'occasion pour quelques groupes, – les Wampas, Jézébel Rock, les Alligators (futurs Pow Wow) – d'enregistrer dans cette veine.