En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

urée

Substance azotée provenant de la destruction des protéines d'origine alimentaire ou constitutives des tissus humains. (Synonyme : carbamide.)

MÉDECINE

Le foie est le lieu principal de synthèse de l'urée, qui se diffuse ensuite librement dans les liquides de l'organisme puis est éliminée majoritairement par les reins. Le taux d'urée dans le sang est donc un reflet de la fonction rénale, moins fiable cependant que celui de la créatinine. Il est normalement compris entre 0,25 et 0,45 gramme par litre (soit 3,3 à 6,6 millimoles par litre) et peut augmenter légèrement en cas de régime alimentaire très riche en viandes ou quand le sujet ne boit pas suffisamment, alors que sa fonction rénale est strictement normale.

Pathologie

L'urémie (taux d'urée dans le sang) est anormalement élevée (on parle parfois, par abus de langage, d'hyperazotémie, car l'urée est une substance très riche en azote) en cas d'insuffisance rénale chronique ou aiguë, anormalement basse en cas de défaillance fonctionnelle du foie, de cirrhose par exemple. (voir urémie)

L'élimination urinaire d'urée, parfois abusivement appelée azoturie, est extrêmement variable selon les apports alimentaires. Elle est anormalement élevée (hyperazoturie) en cas de fièvre, de diabète et au cours de certaines intoxications (par l'arsenic, le phosphore, l'antimoine), anormalement basse (hypoazoturie) en cas d'insuffisance rénale ou d'atteinte grave du foie.

CHIMIE

La synthèse chimique de l'urée, réalisée en 1828 par Wöhler, a jeté le premier pont entre la chimie minérale et la chimie organique. Industriellement, l'urée est fabriquée par action de l'ammoniac sur le gaz carbonique. C'est un solide incolore, fondant à 132 °C, très soluble dans l'eau et l'alcool, légèrement basique. Ses propriétés chimiques sont celles d'un amide. Son hydrolyse conduit à l'acide carbonique et à l'ammoniaque, ce qui en fait un engrais azoté important. Elle réagit avec les aldéhydes RCHO en donnant des résines thermodurcissables (aminoplastes). Avec les dérivés de l'acide malonique, elle donne les malonylurées ou acides barbituriques.

AGRICULTURE

L'urée, engrais azoté d'origine industrielle, est utilisée en agriculture comme fertilisant. Il renferme 46 % d'azote et se présente sous la forme de petites perles de 1 à 2 mm de diamètre (on parle souvent de perlurée). Très soluble, l'urée est hydrolysée dans le sol et passe, en quelques jours, à l'état d'azote ammoniacal. Ce dernier est, suivant les conditions climatiques du moment, soit fixé par les colloïdes du sol, soit transformé en azote nitrique par les micro-organismes.

L'urée est utilisable à toutes les époques de l'année et sur tous les types de sols, à l'exception des terres très acides. Elle est apportée en couverture, mais peut être aussi localisée dans les interlignes du maïs, à 15-20 cm de profondeur. L'innocuité des solutions d'urée sur le feuillage permet d'utiliser cet engrais en pulvérisations foliaires associées à des traitements phytosanitaires ou en irrigation fertilisante. L'urée est l'engrais azoté le plus employé dans le monde. Elle représente en France 12 % des apports d'azote, sous forme d'engrais solides simples.