En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

nature

PHILOSOPHIE

Dès l'Antiquité, la nature apparaît comme une donnée brute livrée à l'activité humaine, et s'oppose ainsi à la culture : l'homme transforme le monde, lui donne un sens et par là même modifie sa propre nature.

La nature comme puissance créatrice

L'appréhension de la nature comme puissance créatrice incréée, souveraine et impersonnelle est sans doute la première qui se soit imposée aux hommes, lorsqu'ils avaient à se mesurer constamment aux « éléments naturels ». En tout cas, dès le vie s. avant J.-C. ont fleuri, en Grèce, les traités Péri Phuséôs (« De la nature ») : Anaximandre, Anaxagore de Clazomènes, Parménide d'Élée, Héraclite d'Éphèse, puis Empédocle d'Agrigente et Épicure ont tour à tour appelé phusis le principe infini et inaltérable de toutes les choses finies et périssables.

La cosmologie d'Aristote

C'est Aristote qui a élaboré la plus ample systématisation de l'idée de nature, dans une cosmologie qui devait régner sans partage jusqu'à l'avènement de la physique de Galilée, et surtout de celle de Newton. Le mot grec phusis, que nous traduisons par « nature » (du latin nasci, natus: « naître », « né ») et qui a donné en français « physique », a la même racine que « ftus » et vient du verbe phuein, qui signifie « croître », « pousser », « faire croître » : en prononçant phusis, disait Aristote, on sent comme une poussée vivace de croissance. La nature est en effet la cause immanente qui « a en elle-même le principe de son mouvement ». Et, précise Aristote, « le dieu et la Nature ne font rien en vain ».

La nature est constituée de quatre éléments simples : eau, air, terre, feu. Au centre se trouve la terre (grave absolu et sec) ; à la périphérie, le feu (sec et léger absolu) ; dans l'intervalle, l'air (léger relatif et humide) et l'eau (humide et grave relatif). L'homme est un mixte composé de ces quatre éléments, appelés à rejoindre leurs « lieux naturels » dans le cosmos : géosphère (terre), hydrosphère (eau), atmosphère (air), pyrosphère (feu). Einstein ne cachait pas son admiration devant cette antique cosmologie qualitative, dont il subsiste des traces vivaces dans notre langage et nos mentalités, comme l'a montré Gaston Bachelard.

De natura rerum

Héritier de Démocrite et d'Épicure, le Latin Lucrèce dresse à son tour dans son poème De natura rerum l'image d'une déesse « libre, affranchie de maîtres superbes, gouvernant elle-même son empire sans contrainte et sans l'aide des dieux ». Cette idée de la nature, perpétuel théâtre de générations et de corruptions, où rien ne naît de rien mais où tout se transforme, a influencé tous les « systèmes de la Nature » panthéistes, matérialistes et athées.

En 1616, l'humaniste Giulio Cesare Vanini publiait ses Discours sur les secrets de la nature, reine et déesse des mortels : traduit devant un tribunal ecclésiastique, il soutint que « Dieu se manifeste à chaque instant, mieux que par de rares miracles souvent contestés, par ce grand miracle incontestable, incessant et toujours nouveau que nous appelons la nature ». Cette déclaration, jugée impie, le fit condamner au bûcher, et il fut brûlé à Toulouse le 9 février 1619, à l'âge de trente-quatre ans.