En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cistercien

(latin médiéval cisterciensis, de Cistercium, Cîteaux)

Saint Bernard
Saint Bernard

Qui appartient à l'ordre de Cîteaux.

Cîteaux et Clairvaux

Les religieux cisterciens, du nom de l'abbaye de Cîteaux, où leur ordre se constitua au tout début du xiie s., appartiennent à une branche monastique dérivée de l'ordre de Saint-Benoît. C'est en 1098, en effet, qu'un bénédictin, Robert, abbé de Molesmes au diocèse de Langres, s'établit dans la forêt de Cîteaux, au sud de Dijon, en vue d'y restaurer, avec son prieur Aubry et son futur successeur, l'Anglais Étienne Harding, l'idéal monastique dans son austérité primitive. En 1112, un jeune seigneur bourguignon nommé Bernard y rejoignit les réformateurs, accompagné d'une trentaine de parents et compagnons.

En 1115, Bernard fut envoyé par Harding à Clairvaux, en Champagne, afin d'y fonder une filiale qui devint, pour le nouvel ordre, un centre de rayonnement plus important même que Cîteaux. Les « moines blancs », comme on les appelait pour les distinguer des « moines noirs » qu'étaient les bénédictins, rivalisèrent alors avec ceux-ci par le nombre de leurs fondations et par leur influence dans la chrétienté. Au milieu du xiie s., ils comptaient en Europe environ 350 couvents, dont près de la moitié pour la branche bernardine de Clairvaux.

La réforme de la Trappe

À partir du xive s., l'ordre cistercien connut une décadence croissante. Il en sortit grâce à une nouvelle réforme, entreprise en 1664 par Armand de Rancé, abbé de la Grande-Trappe en Normandie, qui imposa à ses moines une règle plus rigoureuse. Ainsi naquit la branche cistercienne, dite « des trappistes », nettement séparée de la branche non réformée, dite « de la commune observance ». Cependant, lors de Vatican II, les deux branches collaborèrent en vue d'aménager leurs règles respectives.

Les cisterciens se sont aussi distingués des autres ordres monastiques par l'architecture de leurs monastères. Parmi leurs plus belles abbayes, on peut citer celles de Fontenay et de Pontigny en Bourgogne, celles de Sénanque et de Silvacane en Provence, celle du Thoronet dans le Var et celle d'Alcobaça au Portugal.