En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

P.S.U.

sigle de parti socialiste unifié

Michel Rocard
Michel Rocard

Parti politique français constitué le 3 avril 1960 par la fusion de l'Union de la gauche (fondée en 1957 sur la base de l'opposition à la guerre d'Algérie par Claude Bourdet et Gilles Martinet), du parti socialiste autonome (créé en septembre 1958 par des socialistes S.F.I.O. dissidents refusant le vote « oui » au référendum gaulliste du 28 septembre dont Édouard Depreux, Alain Savary et Robert Verdier) et du groupe « Tribune du communisme » (venu du P.C.F. avec Serge Mallet et Jean Poperen).

Dirigé successivement par Édouard Depreux (1960-1967) et Michel Rocard (1967-1973), le P.S.U. recrute surtout parmi les intellectuels. Son poids électoral est faible : 2,3 % des suffrages exprimés en 1962 et en 1967 ; 3,3 % en 1973. Une première crise le touche au lendemain de la fin de la guerre d'Algérie. Il soutient le mouvement étudiant de mai 1968. Michel Rocard est candidat à la présidence de la République en 1969, mais n'obtient que 3,66 % des suffrages exprimés. Le P.S.U. refuse de signer le programme commun de gouvernement de la gauche (1972). La décision de sa direction en avril 1974 de soutenir la candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle inaugure une période de grave crise interne. En décembre 1974, Michel Rocard, Chapuis et leurs amis quittent le P.S.U. pour le parti socialiste, provoquant un important affaiblissement du parti. À l'élection présidentielle du 26 avril 1981, Huguette Bouchardeau, secrétaire nationale du P.S.U. ne recueille que 1,1 % des suffrages exprimés. Elle entre au gouvernement en 1983 et Serge Depaquit lui succède au secrétariat national. Celui-ci est remplacé en décembre 1984 par Jean-Claude Le Scornet, qui représente le courant hostile à la politique gouvernementale. Huguette Bouchardeau quitte le P.S.U. en avril 1985. En novembre 1989, le P.S.U. prononce sa dissolution et une partie de ses forces fusionne avec la Nouvelle Gauche (constituée par les anciens comités de soutien à la candidature présidentielle de P. Juquin en 1988) pour former l'Alternative rouge et verte.