En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maroc : géographie physique

Haut Atlas
Haut Atlas

1. Le relief du Maroc

Parmi les pays du Maghreb, le Maroc se singularise par l'altitude élevée de ses montagnes et l'étendue relative de ses plaines. Le Haut Atlas porte le point culminant de l'Afrique du Nord, mais les surfaces planes cultivables sont beaucoup plus étendues qu'en Algérie ou en Tunisie. Trois grands groupes de reliefs doivent être distingués : les montagnes, les plaines et les plateaux situés au nord des montagnes, enfin les plateaux arides situés à l'est et au sud. Les montagnes sont elles-mêmes formées de deux ensembles qui diffèrent par leur genèse et leur morphologie.

1.1. Le Rif

À l'extrémité nord, le Rif a une structure très complexe, de type alpin. C'est une montagne relativement peu élevée, ayant généralement moins de 2 000 m d'altitude, mais aux formes assez vigoureuses en raison de l'enfoncement des vallées. Elle est dominée par des pitons calcaires ou gréseux. La fluidité des matériaux, à dominante de schistes et de marnes, la puissance des mouvements tectoniques, nappes de charriages au tertiaire, soulèvements verticaux au villafranchien (2 452 m au Tidirhine), et la proximité du niveau de base marin se combinent pour favoriser le développement d'une intense érosion. La chaîne du Rif retombe brutalement sur la Méditerranée.

1.2. Le Plateau central

Au nord des montagnes s'étendent des plaines et des plateaux d'altitude faible ou modérée, ouverts sur la Méditerranée et surtout sur l'Atlantique ; ils correspondent à un socle ancien qui affleure ou qui est enfoui sous les sédiments (Meseta marocaine) et qui résulte des phases de pénéplanation qui suivirent les plissements hercyniens. Des déformations d'âges tertiaire et villafranchien ont soulevé le Plateau central (ou massif d'Oulmès) au-delà de 1 600 m. Deux zones de hauts plateaux s'élèvent à plus de 1 000 m : la Meseta marocaine entre le Haut et le Moyen Atlas ; les terres qui prolongent le Tell oranais. Cet ensemble présente trois aspects différents : fragments de massifs anciens comme le Plateau central marocain, plateaux sédimentaires, là ou la couverture sédimentaire n'a pas été enlevée par l'érosion (comme les plateaux des Phosphates, du Gantour, des Chiadma et des Haha, causse moyen-atlasique) et les plaines alluviales comme le Gharb (bassin de subsidence remblayé au quaternaire récent par les alluvions du Sebou), le Haouz, la Chaouïa, le Sous. Vers le nord, le plateau du Saïs correspond à une dalle de calcaire lacustre déposée au villafranchien. Ces étendues calmes ou peu accidentées conviennent bien aux activités agricoles d'autant qu'elles bénéficient d'un climat méditerranéen. De Tanger jusqu'à l'embouchure du Draa, la côte atlantique est bordée par une succession de plaines plus ou moins vastes. La très longue façade maritime (3 500 km) est étroite et abrupte en bordure de la Méditerranée. Vers le littoral, une frange de cordons dunaires est particulièrement apte aux cultures maraîchères.

Les massifs n'ont jamais constitué un obstacle infranchissable (les hommes ont toujours utilisé leurs passages et leurs cols). Au nord, la trouée de Taza, entre Rif et Moyen Atlas, fut le couloir naturel des invasions venues de l'est, tandis que les mouvements de population du sud vers le nord n'ont pas été arrêtés par les montagnes.

1.3. L'Atlas

Les divers massifs de l'Atlas ont une structure plus simple, correspondant à des mouvements verticaux ou à des plissements réguliers. Le bourrelet axial a subi diverses phases de plissement avant d'être soulevé par d'amples mouvement au villafranchien.

Le Moyen Atlas

Le Moyen Atlas est un ensemble de monts calcaires orientés S.-O./N.-E., flanqués de hauts plateaux (Causses moyen-atlasiques) et séparés par de vastes cuvettes. Il doit ses aspects jurassiens à la rigidité et à la porosité de ses calcaires d'âge mésozoïque, responsables du développement de phénomènes karstiques, ainsi qu'à l'ordonnance générale, tabulaire à l'ouest, plissée à l'est (Bou Naceur, 3 354 m, Bou Iblane, 3 190 m). Ses aspects auvergnats sont en rapport avec les cônes et les coulées volcaniques du quaternaire. Il domine brutalement la plaine de la Moulouya à l'est, alors qu'il est précédé à l'ouest par de hauts plateaux calcaires, les causses moyen-atlasiques.

L'Anti-Atlas

À l'extrémité sud du pays, l'Anti-Atlas, prolongé par le djebel Sagho, est un massif ancien (du précambrien) soulevé ; il est relié au Haut Atlas par un ancien volcan (djebel Siroua). Un large bombement du socle saharien le porte à 2 531 m, provoquant le dégagement d'un relief de type appalachien avec des crêtes parallèles de quartzites, de grès et de calcaires.

Le Haut Atlas

Le Haut Atlas est une chaîne imposante, calcaire ou schisteuse, s'étendant du sud-ouest au nord-est sur 700 km et ayant de nombreux sommets supérieurs à 3 000 m (Toubkal, 4 165 m, plus haut sommet de l'Afrique du Nord) ; le franchissement en est rendu difficile par l'encaissement des vallées et l'altitude élevée des cols. Dans le Haut Atlas occidental, le bâti hercynien donne une apparence de lourdeur aux parties sommitales, même là où les glaciations quaternaires ont avivé les formes. Il a été fracturé, nivelé et soulevé à plusieurs reprises. Ces sommets s'élèvent au-dessus de plateaux qui dominent, par de gigantesques falaises, les vallées, chapelets de petits bassins et de gorges sauvages. Le Haut Atlas central doit son allure tabulaire aux épaisses couches de calcaires jurassiques et crétacées (4 071 m au M'Goun). Le djebel Ayachi a encore belle allure, avec ses 3 751 m. Au-delà, le Haut Atlas oriental se décompose en chaînons bas, enserrant des plaines comme celle du Tamlelt.

1.4. Le Maroc saharien

Au sud des montagnes s'étalent d'immenses étendues calmes et monotones correspondant au vieux socle saharien. Dans le Maroc oriental, le relief est constitué de hauts plateaux d'altitude supérieure à 1 000 m. Le Maroc saharien est surtout formé de vastes hamadas pierreuses s'étendant de l'Atlas jusqu'à la Mauritanie. Descendant du haut Atlas, la vallée de l'oued Draa atteint l'océan. Le Rheris et le Ziz forment la Saoura après avoir arrosé les oasis du Tafilalet.

2. Le climat du Maroc

Compte tenu de sa situation et de son extension en latitude, le Maroc a une certaine variété bioclimatique. La protection de deux cellules d'air tropical stable (anticyclones des Açores et du Sahara) maintient le pays, pendant une grande partie de l'année, dans une situation de beau temps sec, coupé d'invasions torrides de Chergi (vents d'est). En hiver, le repli des anticyclones laisse place aux pulsions d'air polaire qui peuvent apporter la neige en plaine jusqu'au Rharb (exceptionnellement), en montagne jusque dans l'Anti-Atlas, au-delà de 1 500 m.

Dans le Maroc septentrional, au nord de la ligne Agadir-Oujda, le climat est méditerranéen, de tendance sèche avec des hivers doux et humides mais brefs et une très longue saison chaude et sèche. À Marrakech, il fait en moyenne 38 °C au maximum en juillet et août et encore 18 °C au maximum en janvier. À Rabat, il ne fait que 28 °C au maximum en juillet et août, mais 17 °C au maximum en janvier. La pluviosité est inégale (200 à 800 mm en plaine), mais elle permet des cultures variées. Il tombe en moyenne 500 mm de pluies à Rabat, principalement en hiver. Ce total s'abaisse à 241 mm à Marrakech. Dans les montagnes, ce même climat méditerranéen est modifié par l'altitude. Au sud des montagnes, au contraire, le climat est subtropical sec : subaride dans le Maroc oriental, abrité des vents d'ouest par l'écran montagneux du Moyen Atlas et Haut Atlas oriental, et franchement saharien dans le Maroc méridional, avec quelques rares pluies hivernales et une très longue sécheresse. La pluviosité moyenne, inférieure à 100 ou 50 mm, autorise seulement un élevage très extensif ; il n'y a pas d'agriculture possible sans irrigation.

3. Les domaines bioclimatiques du Maroc

C'est la durée et la rigueur de l'aridité estivale qui commandent la distribution des domaines bioclimatiques. La végétation naturelle est évidemment en rapport avec les deux grands types climatiques. En climat méditerranéen, elle est surtout caractérisée par les forêts sèches (chêne vert, chêne-liège, cèdre, pin) ou les steppes (jujubier, palmier nain). En climat saharien, elle est extrêmement maigre.

3.1. Le domaine humide

Le domaine humide, celui où la pluviométrie dépasse 800 mm, comprend l'axe Rif-Moyen Atlas, où, à l'état naturel, se succèdent de haut en bas forêts de cèdre, de sapins, de chêne vert (avec localement des peuplements de chênes à feuilles caduques, zéen ou tauzin), de chêne-liège. Au-dessus de 1 500 m, l'enneigement peut durer deux mois.

3.2. Le domaine subhumide

Le domaine subhumide, entre 800 et 500 mm, intéresse le Pré-Rif et les plaines atlantiques jusqu'au niveau de Casablanca : c'est le secteur de la grande culture céréalière en sec (culture bour), faisant alterner cultures d'automne et de printemps sur les sols fertiles : tirs noirs, hamri rouges, dhess gris, tandis que, sur les sables (rmel) s'est maintenue, dans le Mamora, la seule grande forêt de chêne-liège des plaines marocaines.

3.3. Le domaine semi-aride

Dans le domaine semi-aride, entre 500 et 300 mm (Saïs, plaines atlantiques, de la Chaouïa au Haut Atlas, partie septentrionale de l'Oriental), les aléas de la culture en sec sont déjà très élevés. D'Essaouira à Ifni, l'arganier, arbre relique, est un élément marquant du paysage.

3.4. Le domaine aride

Le domaine semi-aride (de 300 à 100 mm) est représenté, au nord de l'Atlas, par la cuvette du Haouz. vers le sud, il passe rapidement au domaine saharien, avec les hamadas, vastes surfaces tabulaires, souvent couvertes de regs, épandages fluviatiles ou couverture de désagrégation, tandis que, dans les dépressions, le vent accumule les sables en barkhanes. Le seul erg qui se situe au Maroc, l'erg Chebbi, paraît encore modeste par rapport aux immenses étendues sableuses du Sahara algérien.

4. L'hydrographie du Maroc

Des pays du Maghreb, le Maroc est le plus riche en eau en raison de son relief montagneux. Dans la partie septentrionale, les cours d'eau sont les mieux alimentés tout en étant très irréguliers ; ils peuvent avoir de violentes crues en hiver, mais sont presque à sec en été. La Moulouya se jette dans la Méditerranée ; le Sebou, le Bou Regreg, l'Oum er-Rebia, le Tensift et le Sous dans l'Atlantique. Les fleuves sahariens sont intermittents dans leur cours inférieur, comme le Draa ; certains se perdent dans le désert. Grâce aux barrages, les cours d'eau sont largement utilisés pour l'irrigation ou la production d'énergie électrique.

Pour en savoir plus, voir les articles population du Maroc et activités économiques du Maroc.