En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

MPLA

sigle de Mouvement populaire de libération de l'Angola, en portugais Movimiento popular de libertação de Angola

Mouvement politico-militaire angolais fondé en 1956, sous la direction de Mario de Andrade et d'Agostinho Neto, afin de mener la guerre d'indépendance contre le Portugal.

Le MPLA, mouvement de libération nationale

D'orientation marxiste, le MPLA recrute dans le milieu ouvrier, étudiant, syndical et chez les Mbundus du Centre-Ouest et s'oppose aux autres mouvements nationalistes qui participent à la guerre de libération (1961-1974) : le Front national de libération de l'Angola (FNLA), influent surtout dans le nord du pays car appuyé par les Kongos, et l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), formée et dirigée par un dissident du FNLA, Jonas Savimbi.

Le MPLA dans la guerre civile

Après les accords d'Alvor (janvier 1975) octroyant l'indépendance à l'Angola (novembre 1975), Agostinho Neto, président du MPLA, devient chef de l'État. Le FNLA et l'Unita forment aussitôt un gouvernement rival, ce qui déclenche une guerre civile entre les mouvements nationalistes, instrumentalisés par les grandes puissances dans un contexte de guerre froide. Grâce à l'appui des troupes cubaines et au soutien matériel de l'URSS, le MPLA parvient, dès janvier 1976, à triompher du FNLA, tandis que persistent des guérillas organisées par l'Unita, soutenue par l'Afrique du Sud et les États-Unis.

Se présentant comme le « parti de l'avant-garde de la classe ouvrière » jusqu'à la mort d'Agustinho Neto (1979), le MPLA opère sous la direction de José Eduardo Dos Santos une transition progressive vers le libéralisme au début des années 1990. Privé du soutien de ses alliés traditionnels (retrait des troupes cubaines, démantèlement de l'Union soviétique), il s'engage alors dans un processus de négociations avec l'Unita, qui aboutissent à la signature des accords de paix d'Estoril et de Bicesse (1991) et lui permettent de remporter largement les élections de septembre 1992. Cependant, sa victoire est aussitôt suivie d'une reprise des hostilités par l'Unita.

En dépit de la signature du protocole de Lusaka (1994) prévoyant le désarmement des troupes rebelles et la constitution d'un gouvernement d'union et de réconciliation nationale, la défiance reste vive et les affrontements, repris en 1998, ne s'achèvent qu'en février 2002 avec la mort de Jonas Savimbi, le chef historique de l'Unita.