En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les armées de la Loire (1870-1871)

Forces organisées d'octobre à décembre 1870, pendant la guerre franco-allemande, par le gouvernement de la Défense nationale, et placées dans la région de la Loire sous les commandements successifs des généraux de La Motte Rouge, Aurelle de Paladines et Chanzy.

1. La Iere armée

Deux jours après l'arrivée de Gambetta à Tours (9 octobre), les Bavarois de von der Thann entrent à Orléans à la suite du combat d'Artenay (10 octobre). Le 18, l'ennemi occupe Châteaudun, l'incendie et le pille, puis se porte sur Chartres le 21. C'est alors qu'intervient la Iere armée de la Loire (15e-16e CA), formée par Aurelle de Paladines au camp de Salbris. La victoire sur von der Thann à Coulmiers (9 novembre) et la reprise d'Orléans rendent la confiance, mais la capitulation de Metz (27 octobre) permet à Moltke d'engager contre elle la IIe armée du prince Frédéric-Charles. Aussi les efforts d'Aurelle de Paladines pour donner la main à l'armée de Paris, qui attaque Champigny-sur-Marne le 2 décembre, se soldent-ils par les échecs de Beaune-la-Rolande (28 novembre), de Loigny et à nouveau d'Artenay (2 et 3 décembre).

Ces défaites entraînent une nouvelle évacuation d'Orléans le 5 décembre et la dislocation de l'armée, tandis que le gouvernement quitte Tours pour Bordeaux.

2. La IIe armée

Avec les forces restées sur la rive droite et quelques renforts, Chanzy forme la IIe armée de la Loire (60 000 hommes). Celles de la rive gauche rallient Bourges, puis forment sous Bourbaki l'armée de l'Est. Chanzy attaque d'abord les Prussiens à Marchenoir et à Beaugency (7-10 décembre). Mais, menacé d'être tourné par Blois, il doit se replier sur Vendôme, tout en continuant à harceler l'armée de Frédéric-Charles. Celle-ci finit par en avoir raison après les dures journées de la bataille du Mans (11-12 janvier 1871). Les débris de la IIe armée de la Loire se reformaient près de Laval quand l'armistice fut signé.

Pour en savoir plus, voir l'article guerre franco-allemande.