En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Académie des Goncourt

Paul Gavarni, Jules et Edmond de Goncourt
Paul Gavarni, Jules et Edmond de Goncourt

Société littéraire créée par E. de Goncourt dans son testament.

Constituée officiellement en 1902, reconnue d'utilité publique en 1903, elle décerne chaque année depuis cette date le prix Goncourt par l'intermédiaire de son jury, composé de dix écrivains (ou aussi dix « couverts »), lors d'un déjeuner traditionnel au restaurant Drouant à Paris. Le « Goncourt » est le prix littéraire le plus convoité de France.

Le prix Goncourt

PRIX GONCOURT

Année

Lauréat

Titre de l’œuvre

Commentaire

1903

John-Antoine Nau

Force ennemie

 

1904

Léon Frapié

la Maternelle

 

1905

Claude Farrère

les Civilisés

 

1906

Jérôme et Jean Tharaud

Dingley, l'illustre écrivain

 

1907

Émile Moselly

Terres lorraines

 

1908

Francis de Miomandre

Écrit sur de l'eau

 

1909

Marius et Ary Leblond

En France

 

1910

Louis Pergaud

De Goupil à Margot

 

1911

Alphonse de Châteaubriant

Monsieur des Lourdines

 

1912

André Savignon

les Filles de la pluie

 

1913

Marc Elder

le Peuple de la mer

 

1914

Adrien Bertrand

l’Appel du sol

attribué en 1916 à un écrivain-combattant

1915

René Benjamin

Gaspard

 

1916

Henri Barbusse

le Feu

 

1917

Henry Malherbe

la Flamme au poing

 

1918

Georges Duhamel

Civilisation

 

1919

Marcel Proust

À l'ombre des jeunes filles en fleurs

 

1920

Ernest Pérochon

Nêne

 

1921

René Maran

Batouala

 

1922

Henri Béraud

le Vitriol de lune et le Martyre de l'obèse

 

1923

Lucien Fabre

Rabevel ou le Mal des ardents

 

1924

Thierry Sandre

le Chèvrefeuille, le Purgatoire, le Chapitre XIII

 

1925

Maurice Genevoix

Raboliot

 

1926

Henry Deberly

le Supplice de Phèdre

 

1927

Maurice Bedel

Jérôme, 60° latitude Nord

 

1928

Maurice Constantin-Weyer

Un homme se penche sur son passé

 

1929

Marcel Arland

l’Ordre

 

1930

Henri Fauconnier

Malaisie

 

1931

Jean Fayard

Mal d'amour

 

1932

Guy Mazeline

les Loups

 

1933

André Malraux

la Condition humaine

 

1934

Roger Vercel

Capitaine Conan

 

1935

Joseph Peyré

Sang et Lumières

 

1936

Maxence Van der Meersch

l’Empreinte du dieu

 

1937

Charles Plisnier

Faux Passeports

 

1938

Henri Troyat

l’Araigne

 

1939

Philippe Hériat

les Enfants gâtés

 

1940

Francis Ambrière

les Grandes Vacances

ce prix non décerné en 1940 fut réservé à un écrivain-prisonnier (décision de 1941) et attribué en 1946

1941

Henri Pourrat

Vent de mars

 

1942

Marc Bernard

Pareils à des enfants

 

1943

Marius Grout

Passage de l'homme

 

1944

Elsa Triolet

Le premier accroc coûte deux cents francs

attribué en 1945

1945

Jean-Louis Bory

Mon village à l'heure allemande

 

1946

Jean-Jacques Gautier

Histoire d'un fait divers

 

1947

Jean-Louis Curtis

les Forêts de la nuit

 

1948

Maurice Druon

les Grandes Familles

 

1949

Robert Merle

Week-end à Zuydcoote

 

1950

Paul Colin

les Jeux sauvages

 

1951

Julien Gracq

le Rivage des Syrtes

l'auteur refuse le prix

1952

Béatrix Beck

Léon Morin, prêtre

 

1953

Pierre Gascar

les Bêtes et le Temps des morts

 

1954

Simone de Beauvoir

les Mandarins

 

1955

Roger Ikor

les Eaux mêlées

 

1956

Romain Gary

les Racines du ciel

 

1957

Roger Vailland

la Loi

 

1958

Francis Walder

Saint-Germain ou la Négociation

 

1959

André Schwarz-Bart

le Dernier des justes

 

1960

Vintila Horia

Dieu est né en exil

non décerné au sens strict

1961

Jean Cau

la Pitié de Dieu

 

1962

Anna Langfus

les Bagages de sable

 

1963

Armand Lanoux

Quand la mer se retire

 

1964

Georges Conchon

l’État sauvage

 

1965

Jacques Borel

l’Adoration

 

1966

Edmonde Charles-Roux

Oublier Palerme

 

1967

André Pieyre de Mandiargues

la Marge

 

1968

Bernard Clavel

les Fruits de l'hiver

 

1969

Félicien Marceau

Creezy

 

1970

Michel Tournier

le Roi des Aulnes

 

1971

Jacques Laurent

les Bêtises

 

1972

Jean Carrière

l’Épervier de Maheux

 

1973

Jacques Chessex

l’Ogre

 

1974

Pascal Lainé

la Dentellière

 

1975

Émile Ajar

la Vie devant soi

 

1976

Patrick Grainville

les Flamboyants

 

1977

Didier Decoin

John l'Enfer

 

1978

Patrick Modiano

Rue des Boutiques obscures

 

1979

Antonine Maillet

Pélagie-la-Charrette

 

1980

Yves Navarre

le Jardin d'Acclimatation

 

1981

Lucien Bodard

Anne-Marie

 

1982

Dominique Fernandez

Dans la main de l'ange

 

1983

Frédérick Tristan

les Égarés

 

1984

Marguerite Duras

l’Amant

 

1985

Yann Queffélec

les Noces barbares

 

1986

Michel Host

Valet de nuit

 

1987

Tahar Ben Jelloun

la Nuit sacrée

 

1988

Érik Orsenna

l’Exposition coloniale

 

1989

Jean Vautrin

Un grand pas vers le Bon Dieu

 

1990

Jean Rouaud

les Champs d'honneur

 

1991

Pierre Combescot

les Filles du Calvaire

 

1992

Patrick Chamoiseau

Texaco

 

1993

Amin Maalouf

le Rocher de Tanios

 

1994

Didier Van Cauwelaert

Un aller simple

 

1995

Andreï Makine

le Testament français

 

1996

Pascale Roze

le Chasseur Zéro

 

1997

Patrick Rambaud

la Bataille

 

1998

Paule Constant

Confidence pour confidence

 

1999

Jean Echenoz

Je m'en vais

 

2000

Jean-Jacques Schuhl

Ingrid Caven

 

2001

Jean-Christophe Rufin

Rouge Brésil

 

2002

Pascal Quignard

les Ombres errantes

 

2003

Jacques-Pierre Amette

la Maîtresse de Brecht

 

2004

Laurent Gaudé

le Soleil des Scorta

 

2005

François Weyergans

Trois jours chez ma mère

 

2006

Jonathan Littell

les Bienveillantes

 

2007

Gilles Leroy

Alabama Song

 

2008

Atiq Rahimi

Syngué sabour. Pierre de patience

 

2009

Marie NDiaye

Trois Femmes puissantes

 

2010

Michel Houellebecq

La Carte et le Territoire

 

2011

Alexis Jenni

L'Art français de la guerre

 

2012

Jérôme Ferrari

Le Sermon sur la chute de Rome

 

2013

Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut

 

L'Académie, qui compte cinq membres correspondants à titre étranger, attribue également des prix complémentaires : Goncourt de la nouvelle (depuis 1974), du récit historique (depuis 1974), de la biographie (depuis 1980), de la poésie (depuis 1985), du premier roman (depuis 1990). Le prix Goncourt des lycéens a été créé en 1988.

Le prix Goncourt

L'Académie Goncourt, composée de dix membres, a été créée par le testament d'Edmond de Goncourt (juillet 1884). Ce testament, complété par de nombreux codicilles, ouvert après la mort d'Edmond en juillet 1896, chargeait l'exécuteur testamentaire, Alphonse Daudet, de constituer à perpétuité une société littéraire. Elle devrait attribuer un prix annuel de 5 000 francs à un ouvrage littéraire, et une rente annuelle de 6 000 francs à chacun des membres du jury. Dans la pensée du fondateur, elle devait encourager les écrivains originaux, leur éviter « les basses besognes du journalisme » et faire contrepoids à l'Académie française, qu'il jugeait insuffisamment novatrice. Le testament fut contesté par les héritiers, qui intentèrent un procès ; ils furent déboutés.

Les premiers Goncourt

Les statuts de l'Académie parurent dans le Journal Officiel du 26 janvier 1902. Le testament de 1874 désignait comme jury : Flaubert, Saint-Victor, Veuillot, Théodore de Banville, Barbey d'Aurevilly, Eugène Fromentin, Philippe de Chennevières, Émile Zola, Alphonse Daudet, Léon Cladel. En 1902, l'Académie réunissait : Léon Daudet, Élémir Bourges, Lucien Descaves, Octave Mirbeau, les deux frères Rosny, Georges Huysmans, Paul Margueritte, Gustave Geoffroy, Léon Hennique. Le premier lauréat fut, en 1903, John-Antoine Nau pour Force ennemie.

Il y eut une affaire Charles-Louis Philippe. Cet écrivain se vit refuser à trois reprises le Goncourt au profit de très médiocres auteurs (1903, 1904 et 1906), et publia le premier article polémique contre le prix. En 1912, le Goncourt est attribué à André Savignon par six voix contre cinq à Julien Benda, futur auteur de la Trahison des clercs.

En 1913, le prix va à Marc Elder contre Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes. En 1919, pourtant, l'Académie Goncourt couronne Marcel Proust, qui n'est plus un « jeune auteur », pour À l'ombre des jeunes filles en fleurs. Le plus grand scandale de l'histoire de l'Académie éclate en 1932 avec l'attribution du prix à Guy Mazeline contre Louis-Ferdinand Céline, pour le Voyage au bout de la nuit. Accusé de corruption par le juré Goncourt Lucien Descaves, par les journalistes Galtier-Boissière et Sicard, le président Rosny aîné obtint des tribunaux 30 000 francs de dommages et intérêts pour diffamation. La polémique fut relancée en 1951, lorsque Julien Gracq, un des plus violents détracteurs des prix littéraires, refusa le Goncourt ; en 1968, quand Aragon, élu à l'Académie en 1967, démissionna, et, surtout, en 1975, quand, dans une période de contestation, le domicile de Françoise Mallet-Joris fut plastiqué. Cette même année, d'ailleurs, Romain Gary défraya la chronique en obtenant le prix pour la seconde fois (après les Racines du ciel, 1956), sous le pseudonyme d'Émile Ajar (la Vie devant soi, 1975).

Critiques contre le prix Goncourt

Le Goncourt, le plus célèbre des prix littéraires français, a été souvent violemment critiqué. Son fondateur ne pouvait prévoir ni la prodigieuse extension de la presse (écrite, radiophonique, puis télévisée) – dont il se défiait tant – ni ses conséquences sur le plan de la publicité et du marché littéraires, ni les tirages atteints de nos jours par certains prix Goncourt (entre 300 000 et 500 000 exemplaires). En outre, le principe financier de l'Académie d'assurer une rente à des jurés-écrivains tout en permettant aux jeunes écrivains couronnés de « vivre hors du siècle » pendant deux ans, et d'« entrer ainsi en art comme en religion » (Goncourt), renvoie à une conception de la « vocation » littéraire de nos jours obsolète. Le lauréat, après avoir reçu pendant de longues années un chèque de 50 francs, ne perçoit d'ailleurs aujourd'hui que la somme symbolique de 10 euros.

Pourtant, si le principe même du prix Goncourt a pu être contesté, son existence, comme celle des autres grands prix littéraires (Femina, Renaudot, Interallié, etc.), peut se justifier sur le plan économique. Grâce à la publicité qui entoure, chaque année, le Goncourt, l'attention du grand public est attirée par le livre et, surtout, les prix littéraires stimulent le marché de l'édition. Ainsi, en moyenne, un prix Goncourt génère un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros. En 2006, avec les ventes record des Bienveillantes de Jonathan Littell, il a même atteint les 20 millions d'euros.