En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

golfe de Fos

Golfe des côtes françaises de la Méditerranée, entre l'embouchure du Rhône et l'étang de Berre, près de la localité de Fos-sur-Mer.

C'est aujourd'hui le plus étendu des complexes industriels portuaires européens, juxtaposant sidérurgie et métallurgie, terminal pétrolier et gazier (point de départ de l'oléoduc sud-européen et d'un gazoduc), raffinage du pétrole et chimie.

La qualité du site et de la position est à l'origine du projet : une étendue de 20 000 ha de terres disponibles, en bord de mer, des mouillages de 15 m après dragage dans le cailloutis de Crau, sans sujétion de courants ou de marées. Au débouché du couloir rhodanien, le site apparaît comme le point d'éclatement des produits de la Communauté européenne en Méditerranée. Le projet répondait aussi à la volonté de doter la France d'une « sidérurgie sur l'eau » et le site fut choisi de préférence au Havre dans un souci d'animation économique de la façade méditerranéenne.

Le port de Marseille et les installations de l'étang de Berre se sont trouvés associés à sa réalisation dans le cadre du Port autonome de Marseille. On construisit d'abord le port, qui reçut le premier minéralier transportant de la bauxite d'Australie et le premier pétrolier géant de 200 000 t en 1968. Les installations portuaires comprennent trois darses développant au total plus de 30 km de quais. La darse orientale est réservée aux produits pondéreux, hydrocarbures et minerais. De là partent le pipeline sud-européen vers Strasbourg et Karlsruhe et un gazoduc qui emmène le gaz algérien à Tersanne, près de Valence. À proximité est localisée une raffinerie de pétrole. La plate-forme logistique de Fos-Distriport complète l'infrastructure de transport. L'aménagement de la zone industrielle, où la sidérurgie domine, se fit à partir de 1970. Une aciérie intégrée avec train de laminoirs à chaud démarra en 1974, mais, incomplète, elle fonctionne au-dessous de ses possibilités. L'industrie chimique produit du polyéthylène, de l'azote et de l'oxygène, du chlore. La construction de Fos n'a pas entraîné la création d'emplois escomptée et la conjoncture entrave le développement du complexe industriel. L'affluence de nouveaux habitants s'est portée sur les villes voisines, posant un problème d'aménagement régional.