En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Envisat

Satellite Envisat
Satellite Envisat

Satellite européen d'observation de la Terre et de surveillance de l'environnement.

Développé par l'Agence spatiale européenne dans le prolongement du programme ERS (European Remote sensing Satellite) – marqué par deux satellites, lancés respectivement en 1991 et 1995 –, le satellite Envisat a été lancé le 1er mars 2002 par une fusée Ariane 5 et placé sur une orbite polaire héliosynchrone, à quelque 800 km d'altitude, qu'il décrit en 101 minutes et qui l'amène à survoler les mêmes régions du globe tous les 35 j.

D'une masse de 8,2 t, il emporte dix instruments (radar à synthèse d'ouverture, radiomètres, spectromètres, altimètre radar, etc.), pour mesurer la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, suivre les variations de la couche d'ozone, observer la déforestation, détecter les traces d'hydrocarbures en haute mer (→ pollution), étudier les vagues et les courants marins, fournir des données sur le réchauffement de la Terre et l'évolution du climat (→ climatologie) et, plus généralement, sur les interactions entre l'atmosphère, les océans, les calottes polaires, la végétation et les activités humaines.

Les données enregistrées à bord sont transmises au sol à chaque révolution, lors du passage du satellite au-dessus de la station de Kiruna, au nord de la Suède (une station de secours étant disponible dans le Svalbard, en Norvège). Elles peuvent être aussi téléchargées à bord du satellite européen de télécommunications Artémis (lancé en juillet 2001), pour que celui-ci assure ensuite leur transmission au sol.

À l’origine, l’exploitation en orbite d’Envisat devait durer cinq ans. Cependant, en raison de l’excellent état de fonctionnement du satellite, il a été décidé de financer la poursuite des opérations jusqu’en 2010. Sa mission s'est finalement terminée en 2012.