En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Aveyron (12)

Département de la Région Midi-Pyrénées.
Le département appartient à l'académie de Toulouse, à la cour d'appel de Montpellier, à la zone de défense Sud-Ouest.

  • Chef-lieu de département : Rodez
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Millau, Villefranche-de-Rouergue
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 46
  • Nombre de communes : 304
  • Superficie : 8 735 km2
  • Population : 276 805 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Aveyronnais

Ce grand département, largement rural encore, appartient à cette bordure méridionale, en voie de dépeuplement, du Massif central. Il offre des paysages variés. Au N. du Lot, le plateau de la Viadène cristallin et l'Aubrac volcanique, froids et longtemps enneigés, sont des terres d'élevage. À l'E. sont les Causses, hauts plateaux calcaires rudes, couverts de taillis, appartenant à un parc naturel régional ; des défrichements y ont été effectués et on y élève des brebis (fabrication de roquefort). Ces plateaux sont découpés par les profondes vallées de la Truyère, du Lot, de l'Aveyron et du Tarn, où se localisent les principales villes (Rodez et l'industrielle Millau, au débouché des gorges du Tarn). En bordure de ces Causses, notamment vers Saint-Affrique, les collines des Rougiers sont des terres de polyculture et d'élevage. Dans le Rouergue central, le Lévezou, dont les landes sont en voie de défrichement, domine le Ségala, cristallin, terre de culture (blé) et d'élevage. Le Lot et surtout la Truyère produisent de l'hydroélectricité (Brommat, Sarrans).

Le constructeur mécanique et équipementier Bosch, situé à Rodez, est le plus gros employeur privé du département. L'industrie (travail du cuir) peine pour se maintenir autour de Decazeville et tend à se concentrer à Villefranche-de-Rouergue, à Millau et surtout à Rodez. La faiblesse de cette industrie contribue à expliquer la décroissance de la population, ininterrompue depuis plus d'un siècle (environ 415 000 habitants dans les années 1880). Les décès sont beaucoup plus nombreux que les naissances.