En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

canton du Tessin

en italien Ticino

Ascona, Suisse
Ascona, Suisse

Canton de la Confédération suisse, sur le versant méridional des Alpes, en majorité catholique et de langue italienne.

  • Superficie : 2 810 km2
  • Population : 333 753 hab. (recensement de 2010)
  • Chef-lieu : Bellinzona

GÉOGRAPHIE

Formant un triangle dont la base est constituée par le massif du Saint-Gothard et dont la pointe méridionale est située près de Chiasso, en bordure de la plaine du Pô, le canton est le seul du pays à être entièrement localisé sur le versant sud des Alpes.

Le cadre physique

Un relief montagneux

Le relief du Tessin est presque exclusivement montagneux. Les Alpes du Tessin (ou Alpes lépontiennes) possèdent dans leur partie septentrionale des sommets très élevés : mont Basodino, Pizzo Rotondo, Piz Blas, Piz Medel, Rheinwaldhorn, dont l'altitude est supérieure à 3 000 m. Le Tessin, affluent du , traverse le pays du nord-ouest au sud-est (val Leventina), de ses sources jusqu'au lac Majeur ; il reçoit sur sa gauche les affluents du Brenno et de la Moesa avant de se jeter dans le lac Majeur, où convergent deux autres vallées (val Maggia et val Verzasca). Dans le sud du canton, le Vedeggio se jette dans le lac de Lugano.

La plus grande partie du nord du canton correspond à l'aire de drainage du Tessin. On l'appelle Sopraceneri. Le sud, dont le nom est Sottoceneri, est plus réduit, mais déborde sur la zone hydrographique du lac de Lugano. La ligne de séparation entre les deux régions passe par le col de Monteceneri, qui a déterminé les noms de ces dernières.

Le Sopraceneri correspond approximativement aux Alpes du Tessin et appartient donc aux Alpes centrales. La montagne, formée de couches métamorphiques et de calcaires souvent redressés à la verticale, est profondément disséquée par l'érosion. Parmi les roches cristallines, gneiss et granites dominent. Ce haut Tessin est découpé en de longues arêtes parallèles sensiblement N.-S. par des vallées en auge abruptes et profondes : val Leventina et Riviera (Tessin), val Blenio, val Maggia. Ces vallées, héritées de l'érosion glaciaire quaternaire, s'incurvent petit à petit vers le sud-est et confluent vers la dépression longitudinale insubrique déterminée par la plaine de Magadino et le nord du lac Majeur, un ancien fjord. Les roches cristallines se retrouvent partiellement au Sottoceneri. Mais au nord du lac de Lugano apparaissent les Alpes calcaires méridionales. Dans le sud du Tessin, le Mendrisiotto est un pays de collines, aux formations alluviales abondantes, au drainage hydrographique plus indécis, faisant déjà partie de la plaine lombarde. L'érosion fluviale, très active, n'a pas effacé toutes les traces glaciaires : les couloirs sont remplis de moraines. Le Monteceneri était une zone de diffluence glaciaire importante. Les limites et les extensions des lacs du Tessin ne peuvent s'expliquer que par les influences glaciaires. Les fonds des lacs Majeur et de Lugano sont situés au-dessous du zéro marin.

Un climat doux et humide

Le climat du Tessin est appelé insubrique, c'est-à-dire qu'il correspond à celui des vallées s'ouvrant sur les lacs. L'écran des Alpes est déterminant, protégeant les vallées des influences du nord. En été, la sécheresse méditerranéenne englobe le Tessin. L'ensoleillement est plus élevé que dans le reste de la Suisse. On compte 2 286 heures d'ensoleillement à Locarno, 2 101 à Lugano, contre 1 600 en moyenne dans le Mittelland.

Un site d'adret et les contrastes d'altitude donnent des abats d'eau importants et violents (1,5 à 2 m), apportés par les vents d'ouest, quoique les Alpes du Valais débarrassent ces derniers d'une partie de leur humidité. Les pluies sont plus fréquentes par temps de fœhn. Ce dernier se manifeste par vent du sud. Les maximums de fœhn et de précipitations coïncident et se placent en mai et en octobre. On note 1 590 mm de précipitations à Bellinzona et 1 890 mm à Locarno.

Un relief morcelé

Le Tessin n'est pas uniforme. On peut retrouver une douzaine de petites unités : le val Bedretto, ou haute vallée du Tessin ; le val Leventina, qui prolonge le précédent ; le val Blenio, qui correspond à la vallée du Brenno, qui conflue avec le Tessin ; la Riviera, qui continue le val Leventina ; la région de Bellinzona ; la vallée de Verzasca ; le val Maggia ; la région de Melezza, au nord-ouest du lac Majeur ; la plaine de Magadino ; les bords du lac Majeur ; le lac de Lugano ; le Mendrisiotto, sorte d'avancée du canton sur le territoire italien, à proximité immédiate des villes italiennes de Côme et Varese.

Les hommes et les activités

L'essentiel de la surface est occupé par les alpages. Les rares champs de céréales (seigle) y grimpent jusqu'à 1 500 m sur les adrets, à 1 300 m seulement sur les ubacs. Les pommes de terre peuvent être cultivées jusqu'à 1 600 m, autour des chalets d'été. Les céréales ne mûrissent pas sur pieds ; il faut les sécher sur des rascane dans le Bedretto. Le climat mi-méditerranéen, mi-continental permet aux vallées de cultiver maïs, légumes, tabac, vigne, arbres fruitiers, mêlés en coltura promiscua.

Le peuplement, concentré dans les campagnes en gros villages formés de hautes maisons de pierre, est aussi de type italien.

L'industrie, aux petites entreprises, se diversifie lentement (laine, confection, tabac, horlogerie, chimie) grâce à l'équipement hydroélectrique local, installé sur le Tessin et la Maggia. Cependant, la vie a fui les hauteurs, phénomène qui a provoqué longtemps une forte émigration proche et lointaine, compensée par une immigration encore notable et surtout italienne.

La douceur d'hiver et la chaleur d'été attire en toute saison vers le lac Majeur (Locarno, Ascona, Brissago) et le lac de Lugano (Lugano, Morcote) des foules de touristes nord-alpins passant le Saint-Gothard par le rail ou la route. Le Saint-Gothard est une artère qui a marqué l'histoire du canton et du pays depuis ses origines, et qui permet de relier rapidement la région milanaise au nord des Alpes par le col (2 108 m), le tunnel ferroviaire ouvert en 1882 (15 km) et le tunnel routier (16,9 km, ouvert en 1982).

HISTOIRE

Région sujette de la Confédération depuis la fin du xve s., elle devint un canton suisse en 1803.