En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ascona

Ascona, Suisse
Ascona, Suisse

Commune suisse (canton du Tessin), voisine de Locarno, au bord du lac Majeur, sur le delta de la rivière Maggia.

  • Population : 5 489 hab. (recensement de 2010)

Station touristique et culturelle.

La ville connut une période d'intense activité au Moyen Âge et pendant la Renaissance, comme en témoignent de nombreux monuments. Par contre, les trois châteaux qui la défendaient furent rasés en 1518.

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul (xvie s.) conserve trois remarquables peintures d'un élève de Caravage, Giovanni Serodine (1594-1632) : le Couronnement de la Vierge, le Fils de Zébédée et le Christ à Emmaüs. La Casa Serodine présente une belle façade de style baroque, ornée de frises et de grandes figures en stuc.

L'église Notre-Dame-de-la-Miséricorde (xive-xve s.) est décorée à l'intérieur d'une série de fresques dues à des artistes de l'école lombarde.

Musée communal (peintures de Klee, Utrillo, Jawlensky, etc.) Musée Ignaz, avec des œuvres de cet artiste, considéré comme l'un des plus importants représentants de l'expressionnisme suisse.

Les utopistes du Monte Veritá

Vers la fin du xixe et au début du xxe s., Ascona devint le lieu de résidence d'un grand nombre d'artistes et d'intellectuels ; en particulier, un groupe de philosophes, prophètes d'une troisième voie entre communisme et capitalisme, vint s'installer sur le Monte Monescia, qu'ils rebaptisèrent Monte Verità. Ils y créèrent une communauté végétarienne, prônant un mode de vie naturiste ; autour de ce mouvement, se développa un vaste projet culturel et spirituel qui attira révolutionnaires (Lénine, Trotski), philosophes (le psychanalyste Carl Gustav Jung) et artistes (la danseuse Isadora Duncan, le compositeur Ruggero Leoncavallo, etc.)

Après la Première Guerre mondiale, les fondateurs de cette communauté émigrèrent en Espagne et au Brésil. Le Monte Veritá continua d'être un lieu de résidence privilégié pour des artistes du Bauhaus (Paul Klee), des peintres (Alexej von Jawlensky) et des écrivains (Erich Maria Remarque, Emil Ludwig, Georg Kaiser, Julius Bissier, etc.).