En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sakhaline

Grande île montagneuse de Russie, à l'E. de l'Asie, entre la mer d'Okhotsk et celle du Japon, entre le détroit de Tartarie et celui de La Pérouse (face à Hokkaido) .

  • Superficie : 87 100 km2
  • Population : 497 899 hab. (recensement de 2010)

GÉOGRAPHIE

Une île montagneuse et sismique

Allongée du nord au sud sur 948 km de long, large de 100 km en moyenne, elle est séparée du continent par le détroit de Tatarie, un détroit d'un peu plus de 7 km de large qui prolonge, au N., la mer du Japon. Elle comporte deux chaînes volcaniques parallèles au nord, divergentes au sud, qui dominent des plaines littorales. À l'ouest, celle de Kamych culmine à plus de 1 300 m et domine une côte plate et rectiligne ; à l'est, une chaîne plus aplatie se termine par une longue flèche au sud, l'altitude culminante y est à peu près semblable à celle de la première (1 400 m). Ces épanchements volcaniques tertiaires et quaternaires, des séismes nombreux rappellent que l'île fait partie de la « ceinture de feu » du Pacifique. Au centre, une dépression est parcourue par des fleuves. L'ensemble se compose de dépôts tertiaires très plissés avec des coulées volcaniques récentes. C'est la dernière transgression marine qui a séparé l'île du continent.

Le climat maritime est marqué par des hivers très froids (– 8 °C en janvier sur la côte est, neige de plus d'un mètre d'épaisseur sur les hauteurs, avec dissymétrie pluviométrique [la côte ouest étant plus sèche]), et par des étés chauds. Les températures peuvent dépasser 30 °C au sud en été.

La forêt mixte d'Extrême-Orient, peu défrichée, atteint 1 000 m, limite au-delà de laquelle commence une pelouse alpine, ou toundra ; la limite supérieure des résineux (sapins, épicéas) se tient à 800 m. La basse forêt, souvent humide, est riche en essences qu'on retrouve au Japon ou dans les vallées de l'Ossouri et de l'Amour : lianes, bambous, vigne sauvage.

D'importants gisements de pétrole et de gaz

On y trouve quelques îlots de cultures céréalières (blé, avoine, orge, sorgho, un peu de maïs) et des prairies ou des cultures fourragères alimentant un cheptel bovin. L'Ouest contient des lignites et du charbon. La pêche, à l'imitation du Kamtchatka, s'est développée (saumons, crustacés).

Aujourd'hui, les gigantesques richesses en pétrole et en gaz font l'objets d'importants chantiers. Les champs pétrolifères, sous-marins, sont situés au nord-est de l'île, dans la mer d'Okhotsk, au sud-est d'Okha. Ils sont reliés par oléoduc au port de De Kastri, en Sibérie orientale. Du gaz naturel liquéfié est produit à destination du Japon principalement.

L'île compte une majorité de russophones, qui se concentrent dans les villes du littoral (au sud, Korsakov et Ioujno-Sakhalinsk ; au nord, Okha ; près de la côte ouest, Aleksandrovsk-Sakhalinski et Ouglegorsk) et dans les centres miniers (Aleksandrovsk-Sakhalinski, Katangli, Poronaïsk, Ouglegorsk). Le centre administratif régional, Ioujno-Sakhalinsk, dans le sud de l'île, détient des conserveries, des industries de transformation du bois et des constructions mécaniques.

HISTOIRE

Reconnue possession exclusive de la Russie en 1875, l'île fut partagée avec les Japonais après la guerre russo-japonaise (1904-1905), et fut entièrement annexée par l'U.R.S.S. en 1945.