En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Provence

Ancienne province du midi de la France.

HISTOIRE

Sur la côte peuplée par les Ligures, les Phocéens, au vie s. avant J.-C., fondent Massalia (Marseille) et introduisent la civilisation grecque. Aux ive et iiie s., les envahisseurs celtes se mêlent aux Ligures. Les conflits entre Celto-Ligures et Massaliotes favorisent l'intervention des Romains, alliés de Marseille, qui, entre 125 et 121, occupent tout le sud-est de la Gaule et en font la Provincia Romana (origine du mot Provence). Ils fondent Aix (123), Narbonne (118), écrasent à Aix les Teutons (102). La Provincia, appelée Narbonnaise à partir d'Auguste, est profondément romanisée. Ses villes sont prospères : les monuments antiques d'Orange, Arles, Nîmes, Fréjus en témoignent. Le christianisme s'implante assez tôt ; aux ive-ve s. après J.-C., la vie monastique est intense (Saint-Victor à Marseille, Lérins). Devant les menaces barbares, la Narbonnaise est partagée aux iiie et ive s. Arles devient une vraie métropole.

À la fin du ve s., la Provence est envahie par les Wisigoths, les Burgondes, les Ostrogoths, puis rattachée au royaume franc (537). Dévastée par Charles Martel pour avoir bien accueilli les Arabes, elle est en déclin sous les Carolingiens. Attribuée à Lothaire au traité de Verdun (843), elle forme un royaume (bientôt appelé royaume d'Arles), périodiquement réuni à la Bourgogne. Des princes carolingiens, puis une dynastie comtale s'y succèdent, non sans luttes. Le pays souffre des raids des pirates sarrasins, qui se maintiennent de 889 environ à 973 dans leur base de La Garde-Freinet. En 1032, le royaume d'Arles passe théoriquement à l'empereur germanique. Mais le pouvoir réel appartient à la hiérarchie féodale, dominée par la dynastie comtale, puis par les comtes de Barcelone (1112-1246), qui établissent une autorité centralisée. Les villes, enrichies par le commerce du Levant, s'émancipent (établissement des consulats) et sont des foyers de civilisation. En 1246, la Provence passe par mariage à la maison d'Anjou, qui se maintiendra jusqu'en 1481. Le xive s. est néfaste pour la Provence. La vente d'Avignon, en 1348, au pape (qui y est installé comme hôte depuis 1309) amoindrit le royaume. La peste de 1347-1348 le dépeuple ; les grandes compagnies le ravagent. Le commerce du Levant périclite. La maison d'Anjou s'acharne à garder la possession de Naples, ce qui ruine ses finances. Sous le roi René (1434-1480), la Provence se relève. Louis XI règle le conflit entre les héritiers du roi en soutenant Charles du Maine, qui meurt dès 1481 en léguant la Provence à la France.

La politique d'assimilation des rois de France réduit l'autonomie des Provençaux. Néanmoins, ceux-ci se montrent loyaux quand les Impériaux envahissent le pays (1524 et 1536). Le xvie s. est marqué par la répression impitoyable de l'hérésie vaudoise à Cabrières et Mérindol (1545), puis par les guerres de Religion, qui dégénèrent à la fin en une lutte entre les ligueurs de Marseille et le gouverneur royal. Au xviie s., les réformes de Richelieu et Mazarin, menaçant les privilèges du parlement d'Aix, sont l'occasion d'une Fronde parlementaire (1650-1652). La dernière révolte de Marseille est matée seulement en 1660. Au xviiie s., le pays souffre de la peste de 1720 et des rapides invasions autrichiennes de 1707 et 1746. En 1731, la principauté d'Orange est annexée à la France.

LITTÉRATURE

→ oc.