En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Grésivaudan ou Graisivaudan

Large vallée des Alpes françaises du Nord, formée par l'Isère, entre le confluent de l'Arc et Grenoble.

Situé dans les départements de la Savoie et de l'Isère, le Grésivaudan est dominé par les massifs des Sept-Laux et de Belledonne à l'E., et de la Chartreuse à l'O. Tronçon le plus large du Sillon alpin, c'est une véritable plaine (200 à 300 m d'altitude), empruntée par l'autoroute Grenoble-Chambéry. Il a été déblayé dans les marnes et argiles de la couverture sédimentaire tapissant les massifs cristallins centraux. Cette dépression périphérique a enfin été élargie par les glaciers, dont les apports ont, du reste, remblayé le fond de la vallée. L'Isère inonde encore périodiquement une partie de la plaine : c'est le domaine des prairies et des peupleraies. Les deux versants diffèrent. À l'E., une banquette de terrains sédimentaires précède le massif cristallin ; c'est le versant à l'ombre, « l'ubac », aux villages rares et aux pentes surtout couvertes de forêts. En revanche, à l'O., la rive droite, en « adret », plus ensoleillé, a de nombreuses ressources agricoles : arbres fruitiers, céréales et plantes fourragères, et aussi des vignobles. Les traditions industrielles, dues à la présence de la main-d'œuvre, aux ressources naturelles (bois, minerai) et aux initiatives de Grenoble, se sont depuis longtemps renouvelées grâce à l'hydroélectricité. Aussi, à côté de vieilles industries (textile, papeterie, ganterie), se sont développées les constructions mécaniques et électriques, la chimie, les industries électroniques et les activités scientifiques, animant notamment la rive gauche. L'agglomération grenobloise envahie de plus en plus le sud du Grésivaudan.