thrombose

Thrombus
Thrombus

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Phénomène pathologique consistant en la formation d'un thrombus (caillot sanguin, formé de fibrine, de globules blancs et de plaquettes) dans une artère ou une veine.

Différents types de thrombose

La thrombose d'une artère coronaire peut provoquer une occlusion et, par suite, la survenue d'un infarctus du myocarde, causant une douleur vive, constrictive et prolongée dans la poitrine et l'épaule gauche.

La thrombose d'une artère de la jambe entraîne une ischémie aiguë, c'est-à-dire la suppression de l'irrigation de toute une partie du membre, qui aboutit parfois à une gangrène pouvant nécessiter l'amputation. On constate une absence de pouls, une douleur vive, un refroidissement et une pâleur. Les thromboses artérielles du bras sont rares.

La thrombose d'une veine (phlébite), qui survient le plus souvent au niveau du membre inférieur, peut entraîner une embolie pulmonaire en cas de migration du caillot vers le cœur puis vers le poumon. On constate une douleur du mollet, un œdème et une augmentation de la chaleur du membre.

Les thromboses de l'appareil digestif peuvent atteindre différents organes, par exemple l'intestin grêle (entraînant une ischémie intestinale) ou le côlon (entraînant une colite ischémique), mais aussi la veine porte (la thrombose étant alors d'origine tumorale ou infectieuse) ou une veine de l'anus, en cas de thrombose hémorroïdaire. Des douleurs abdominales aiguës, un syndrome pseudo-occlusif, des hémorragies digestives sont les symptômes de ces thromboses. Elles sont graves, mais rares (à l'exception des thromboses hémorroïdaires), et nécessitent une hospitalisation d'urgence.

La thrombose d'une artère à destinée cérébrale (artère carotide primitive ou interne, artére vertébrale ou tronc basilaire) peut être responsable d'un accident vasculaire cérébral ischémique et se manifeste par un déficit sensitif ou moteur correspondant au territoire cérébral atteint. La thrombose d'une veine intracérébrale peut se révéler par des maux de tête et des crises d'épilepsie et avoir pour conséquence des accidents vasculaires cérébraux ischémiques d'origine veineuse.

Causes

Une thrombose peut être favorisée par une plaque d'athérome (dépôt graisseux), en particulier si celle-ci se rompt (« rupture de plaque »), ou par un ralentissement circulatoire (stase sanguine de l'insuffisance cardiaque ou de la polyglobulie) ou encore par une altération de l'hémostase provoquant un état d'hypercoagulation (déficit en antithrombine, en protéines C et S ou en facteur V de Leiden). La grossesse, les suites d'une intervention chirurgicale, la prise de contraceptifs oraux ainsi que le tabagisme sont des facteurs favorisant la survenue d'une thrombose en complication d'une artériosclérose sévère.

Traitement

Divers médicaments sont utilisés dans le traitement préventif ou curatif de la thrombose : les antiagrégants plaquettaires, tels que l'acide acétylsalicylique et le clopidogrel, les anticoagulants comme l'héparine et les antagonistes de la vitamine K, les thrombolytiques. Une thrombectomie (ablation du thrombus) est pratiquée en cas d'urgence.

Voir : accident vasculaire cérébral, caillot, infarctus, syndrome de Leriche, thrombolyse.