Identifiez-vous ou Créez un compte

ganglion lymphatique

Structure d'un ganglion lymphatique
Structure d'un ganglion lymphatique

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Petit organe appartenant au système lymphatique, qui joue un rôle fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire.

Les ganglions lymphatiques, couramment appelés ganglions, sont souvent disposés en chaînes ou groupés en amas. Ils sont placés sur le trajet de la lymphe circulant des tissus vers le sang : aine, aisselle, cou, etc. Certains ganglions sont superficiels et palpables chez les sujets minces, d'autres profonds et visibles à l'examen radiologique (scanner, imagerie par résonance magnétique).

Structure

Un ganglion est constitué de tissu lymphoïde, tissu où les globules blancs de type lymphocyte séjournent et se multiplient. On y trouve des lymphocytes B groupés en amas arrondis, appelés follicules, qui sont bordés de zones où dominent les lymphocytes T. Le ganglion est irrigué par des vaisseaux lymphatiques et par des capillaires sanguins.

Physiologie

Les interactions cellulaires qui activent la réaction immunitaire de l'organisme s'établissent au niveau des ganglions lymphatiques : en cas d'agression (infection, cancer), les antigènes sont acheminés par les canaux lymphatiques jusqu'au ganglion le plus proche. Quand un lymphocyte du ganglion rencontre l'antigène qu'il sait spécifiquement reconnaître, il est activé et se met à proliférer. Les lymphocytes ainsi activés prennent des caractères immunologiques particuliers. Les lymphocytes T passent directement dans le sang pour circuler dans l'organisme vers les agresseurs et les détruire (immunité cellulaire) ; les lymphocytes B activés se transforment en plasmocytes et sécrètent des anticorps qu'ils rejettent dans le sang (immunité humorale). Certains lymphocytes (T et/ou B) sont sélectionnés pour servir de lymphocytes-mémoire, qui réagissent rapidement et fortement lors de la réintroduction ultérieure du même antigène.

Pathologie

L'activation et la multiplication des lymphocytes se traduisent par une augmentation de la taille du ganglion de quelques millimètres à quelques centimètres. Une adénopathie est une augmentation de volume importante et persistante d'un ganglion, activé mais aussi envahi, car n'ayant pas maîtrisé l'agresseur. C'est un signe indiquant l'existence d'une inflammation, d'une infection ou d'un cancer, le ganglion étant envahi par des cellules malignes, soit issues du tissu lymphoïde lui-même (lymphome, maladie de Hodgkin), soit provenant de la métastase d'un cancer développé dans le territoire de drainage de ce ganglion, mais ne donnant pas d'autres renseignements à lui seul. Dans la majorité des cas, une adénopathie témoigne d'un épisode infectieux locorégional bénin.

Le diagnostic d'une adénopathie inexpliquée persistante impose le plus souvent le recours à une ponction ou à l'ablation chirurgicale du ganglion (biopsie ganglionnaire) pour examen histologique.

Voir : adénite, adénopathie, maladie de Hodgkin, lymphocyte, lymphome, système lymphatique.