En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ostie

en italien Ostia

Ostie, barque pour le transport du froment
Ostie, barque pour le transport du froment

Localité d'Italie, incluse dans la commune de Rome et située près de l'embouchure du Tibre.

Lido di Roma ou Lido di Ostia est la plage de Rome, dont elle est distante de 23 km.

HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE

L'antique Ostie était le port de Rome, à l'embouchure du Tibre. Celui-ci ayant accru son delta, les ruines se situent aujourd'hui à une appréciable distance du littoral.

Des salines existaient dans la région depuis l'époque la plus reculée, et il en subsista jusqu'en 1875. On a fait remonter la fondation d'Ostie soit au débarquement légendaire d'Énée, soit à l'époque, non moins légendaire, du roi Ancus Martius (viie s. avant J.-C.), qui en aurait fait la première colonie militaire de Rome. En réalité, les plus anciens vestiges, restes d'une citadelle bâtie en tuf, ne remontent qu'aux alentours de 338 avant J.-C. Dès le iiie s. avant J.-C., ce fut le port d'attache d'une flotte militaire. C'était aussi le lieu de débarquement d'une partie des blés destinés au ravitaillement de Rome. Aussi, la mainmise sur Ostie était un précieux avantage, un atout, en temps de guerre civile : elle fut saccagée par Marius (87 avant J.-C.) et restaurée par Sulla. Celui-ci lui donna une enceinte de remparts. Le port, fluvial, était médiocre, mal abrité. Il était d'usage d'alléger ici les bateaux qui remontaient ensuite le Tibre jusqu'à Rome. Encombré par les alluvions, le port fut accru d'un bassin artificiel, aménagé à quelques kilomètres au nord à partir de 42 par l'empereur Claude, par l'établissement de deux grandes digues dans la mer. Il devait constituer un avant-port pour le bassin hexagonal que Trajan allait ensuite creuser (100-106). L'ensemble, qui était relié au Tibre par un canal, prit le nom de Portus. Il a donné son nom au lieu-dit actuel de Porto, au milieu d'une plaine, où les travaux de Trajan ont à peu près seuls survécu sous la forme d'un petit lac. À proximité se trouve le cimetière antique de l'Isola sacra, vaste nécropole des habitants du Portus (iie-ive) s. après J.-C., étalée en direction d'Ostie, et séparée d'elle par le Tibre ; le tracé de celui-ci a changé depuis l'Antiquité.

Ostie elle-même demeura prospère durant plusieurs siècles, tout au long de l'Empire. Il en reste 100 ha de ruines. Les monuments fouillés évoquent à la fois les activités commerciales et le cosmopolitisme. La grande place des Corporations est entourée de dizaines de bureaux d'armateurs de tous pays, de bateliers, de calfats, cordiers, tanneurs, mesureurs de blé. Les entrepôts sont vastes, tels ceux, privés, d'Epagathianus. Les inscriptions évoquent la variété des corporations. Elles nous apprennent aussi que vivaient là plus d'affranchis de Grèce et d'Orient que d'Italie. Tandis que les divinités traditionnelles étaient les Dioscures, patrons des marins, et surtout Vulcain, de nombreux cultes confirment le caractère mêlé de la population : on a retrouvé plusieurs temples dont un Mithracum, un petit temple de Sabazios, un serapeum, un temple de la Grande Mère, un autre consacré à la Bonne Déesse, une synagogue du ier s., aux traces recouvertes par une autre, du ive s., une basilique chrétienne du ive s. et un oratoire consacré à la mémoire de martyrs. Le christianisme devait s'être implanté de fort bonne heure, bien que l'existence du siège épiscopal ne soit attestée qu'en 313. Ce siège, supprimé en 1150, a été restauré en 1914 au profit du doyen du collège des cardinaux. Autres édifices notables : le phare antique, sur la base duquel a été édifiée au xiiie s. la tour Bovacciana, les thermes (plusieurs), le théâtre, daté d'Agrippa et restauré plusieurs fois, un grand forum avec un capitole du iie s., la basilique, la curie, le temple de Rome et d'Auguste (ier s.), la caserne des vigiles, qui renferme un édicule de culte impérial.

Médiocrement fortifiée, de plus en plus démunie des ressources de l'activité portuaire, Ostie déclina à partir du ive s. La malaria la rendait insalubre, et les incursions des pirates contribuèrent à son abandon. Elle était en ruine, lorsque le pape Grégoire IV (827-844) y établit un petit poste fortifié qui est à l'origine du bourg moderne. Le Tibre s'était réduit à une lagune, avant de changer complètement de cours au xvie s.

Après avoir été longtemps pillée par les amateurs de colonnes, de statues et de pierres, Ostie fut l'objet de fouilles régulières à dater du pontificat de Pie VII. Ces fouilles n'ont pris toute leur ampleur qu'au xxe s. Elles ont permis de découvrir mieux qu'ailleurs certains aspects du décor urbain antique, comme les immeubles de rapport à étages.