En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mari

aujourd'hui Tell Hariri (Syrie)

Itur-Shamagan
Itur-Shamagan

Cité ancienne de Mésopotamie.

Sa situation sur le moyen Euphrate lui donne le contrôle du commerce qui relie la basse Mésopotamie à la Syrie et à l'Anatolie. Attestée depuis le début du IIIe millénaire, elle atteint un premier apogée aux xxve-xxive siècles avant J.-C., où elle est la capitale d'un État puissant. Mari connaît une culture mixte : les noms et inscriptions de ses rois sont sémitiques, on y adore des dieux de Sumer et de l'Ouest sémitique, et la statuaire est de style sumérien. Saccagée, la cité est incorporée à l'empire d'Akkad (xxiiie siècle avant J.-C.).

Elle redevient indépendante sous une dynastie de gouverneurs d'origine locale (xxiie-xixe siècles avant J.-C.). Puis le titre royal est assumé par une lignée amorrite (v. 1825-1758 avant J.-C.), qui s'appuie sur le peuple de Hana. Le roi Yahdoun-Lim est assassiné (v. 1798) et sa succession est usurpée par l'aventurier Shamshi-Adad (v. 1781 avant J.-C.), qui fait gouverner Mari par son fils Yasmah-Addou. Ce dernier est chassé de la cité après la mort de son père, et Mari revient alors à Zimri-Lim (v. 1778-1758 avant J.-C.), fils de Yahdoun-Lim. Cette période du xviiie siècle avant J.-C. est bien connue grâce aux archives trouvées dans le palais. On y voit en particulier les difficultés rencontrées par Zimri-Lim pour soumettre les tribus amorrites qui errent dans son royaume. Le roi ne peut résister à l'attaque de Hammourabi, qui l'élimine en 1758 avant J.-C. Mari, saccagée, n'est plus désormais qu'une petite ville de garnison.

Pour en savoir plus, voir les articles Mésopotamie, Sumer.