En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Brasília

Brasília
Brasília

Capitale du Brésil, sur les plateaux de l'intérieur, à environ 1 100 m d'altitude ; chef-lieu du district fédéral (5 814 km2).

  • Population : 2 469 489 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Brasiliens
  • Population pour l'agglomération : 3 813 010 hab. (estimation pour 2011)

L'urbanisme de Brasília

Trois noms restent attachés à la ville de Brasília : Juscelino Kubitschek, Lucio Costa, Oscar Niemeyer.

Le premier acte de Kubitschek, lorsqu'il devint président de la République, en 1956, fut de créer un organisme chargé d'étudier et de réaliser le projet de la « Nouvelle Capitale », dont on parlait déjà depuis un siècle. Malgré une hostilité et des réticences affirmées, tant au sein du gouvernement que dans l'opinion publique, Kubitschek réussit à mener à bien la tâche qu'il s'était fixée : « faire participer tout le territoire au progrès général du Brésil ». À ce titre, Brasília est plus qu'une ville, c'est un symbole. Sous l'action du président, 50 000 ouvriers avaient bâti en trois ans l'essentiel de la capitale fédérale. En avril 1960, son inauguration solennelle fut suivie du transfert des Archives nationales et de diverses administrations. Mais, avec l'élection du nouveau président Janio Quadros, en 1961, le rythme de construction et de transfert se ralentit singulièrement. L'opinion publique rendait Brasília responsable de la crise monétaire.

Le concours ouvert en 1956 avait abouti à la présentation de vingt-six dossiers, dont quatre furent primés par un jury international. Celui de Lúcio Costa, qui n'avait pas l'intention de concourir, se réduisait à un simple schéma. Partant d'une croix, indiquant une prise de possession, Lúcio Costa avait esquissé un plan marqué par deux axes dont l'un s'incurvait pour suivre la courbe d'un lac artificiel. L'intégration au site, le caractère monumental symbolisant le pouvoir, une certaine rigidité qui obligeait à considérer ce plan comme une entité sont les trois points essentiels qui déterminèrent la sélection du jury. Alliant le fonctionnel et le monumental, il créait d'emblée, et de façon irréversible, une capitale.

En ce qui concerne la circulation, le principe qui présida à l'élaboration du projet fut l'intégration de l'automobile dans la ville et la séparation du trafic des automobiles et des piétons. Les premiers travaux concernèrent l'infrastructure : transports, énergie, voirie. Le plan directeur d'urbanisme fut établi d'après les premières esquisses. L'axe incurvé, de 10 km de longueur, correspond à l'axe routier sur lequel se sont greffés les quartiers résidentiels. L'axe monumental se développe en forme de fuseau sur 6 km, de la tour de la télévision à la place des Trois-Pouvoirs, où se concentrent les bâtiments officiels. La jonction de ces deux éléments forme le centre vital de la cité, matérialisé par une plate-forme autour de laquelle s'organisent les bureaux, les hôtels, les commerces, les loisirs.

La localisation des bâtiments officiels avait été décidée en dehors du plan d'urbanisme, et leur réalisation confiée à Oscar Niemeyer. À l'écart, sur les bords du lac, se trouve le palais de l'Aurore, résidence du président, construite en priorité ; de forme quadrangulaire, l'édifice s'orne en façade d'une série de piliers en forme de losange d'une grande légèreté dans les volumes, d'une pureté dans les lignes que rehausse leur blancheur éclatante. Sur la place des Trois-Pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire) s'élèvent le palais du Congrès, le palais du Gouvernement et le palais de justice. Ces deux derniers sont caractérisés par le même parti, associant des piliers et des façades en retrait. Les éléments porteurs, de proportions différentes, ont un rythme identique destiné à faire naître une unité architecturale. Dominant la place, le palais du Congrès est constitué de trois éléments qui forment une admirable composition : les tours jumelles de l'administration, la coupole du Sénat et la soucoupe du palais des Représentants. La simplicité des lignes, l'ordonnance des volumes reliés par l'ampleur de la plate-forme créent une harmonie spatiale. Au-delà, de part et d'autre de l'esplanade prévue pour les parades, défilés et manifestations, s'alignent les ministères, bâtiments identiques de structure métallique (à l'exception du ministère des Affaires étrangères), dont la rigueur met en valeur, par contraste, les formes souples et élancées des trois palais. D'aspect différent, la cathédrale et le théâtre complètent cet ensemble monumental. Les vingt et une paraboloïdes de la cathédrale en béton précontraint, disposés sur un cercle de soixante-dix mètres de diamètre, sont réunis par des pans de verre antisolaire. Le théâtre, masse compacte de béton armé aux couleurs chaudes, a une forme de pyramide tronquée.

La zone résidentielle est constituée d'habitations individuelles disposées en bandes continues ou en « superquadras », carrés de 250 mètres de côté. Ces derniers, conçus pour 3 000 habitants, ont des limites nettement définies, soulignées par un rideau de verdure. Chacun est composé de onze à trente-trois immeubles sur pilotis et dispose d'une école primaire. Le groupement de quatre superquadras constitue une unité de voisinage : à la jonction sont implantés les équipements collectifs (cinéma, chapelle, centre commercial local, établissement d'enseignement secondaire). La réalisation a été confiée à différents architectes, Sérgio Bernades, Hélio Uchoa, Oscar Niemeyer, ce qui contribue à rompre l'uniformité par une variété d'implantation et de volume interne.

Née d'un acte politique, Brasília n'a cessé d'avoir ses partisans et ses détracteurs. Si la nouvelle capitale a soulevé une telle polémique c'est qu'elle pose le problème fondamental de la ville créée ex nihilo. Au-delà de sa signification sur le plan brésilien, certains affirment qu'elle n'est pas la concrétisation d'une conception de la vie urbaine et que symbole, œuvre d'art, elle n'est pas faite pour l'homme.

Brasília a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1987.

Le climat de Brasília

La ville jouit d'un climat lumineux, très sec pendant l'hiver, où la température, oscillant entre 17 °C et 22 °C, est adoucie par l'altitude, qui dépasse 1 000 mètres. Les précipitations sont abondantes (plus de 1 200 mm), tombant surtout d'octobre à mars.