En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Teller

Physicien américain d'origine hongroise (Budapest 1908-Stanford, Californie, 2003).

Après des études à l'institut de technologie de Karlsruhe et aux universités de Munich et de Leipzig (où il obtient son doctorat en 1930), il fuit l'Allemagne nazie en 1933 et se réfugie d'abord au Danemark, où il travaille auprès de Niels Bohr, puis au Royaume-Uni. Il gagne ensuite les États-Unis, où il enseigne la physique successivement à l'université George-Washington à Washington (1935), à celle de Chicago (1946) et à celle de Californie à Berkeley (1952). Théoricien, il apporte de nombreuses contributions à la physique quantique des molécules, des noyaux et des particules.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe, à partir de 1941, aux côtés d'autres physiciens parmi lesquels Enrico Fermi et Robert Oppenheimer, à l'élaboration des premières bombes A américaines (projet Manhattan), au laboratoire de Los Alamos (Nouveau-Mexique). Après l'explosion de la première bombe atomique soviétique, en 1949, il réussit à convaincre l'administration du président Truman d'engager le développement d'une bombe thermonucléaire, et dirige la mise au point de la bombe H américaine, expérimentée avec succès en 1952. En militant ardemment pour la poursuite des essais thermonucléaires, il s'oppose à Oppenheimer, au procès duquel il jouera un rôle essentiel en témoignant à charge.

Après avoir suscité la création d'un nouveau laboratoire spécialisé dans les recherches thermonucléaires (l'actuel Lawrence Livermore National Laboratory), indépendant de celui de Los Alamos, il en assure la direction de 1958 à 1960. Fervent partisan d'une défense américaine forte, face à l'ex-U.R.S.S., il est de tous les combats technologiques qui visent à moderniser et à accroître les capacités militaires des États-Unis. À l'origine du concept de la bombe à neutrons, il a été aussi l'instigateur, auprès du président Reagan, de l'Initiative de défense stratégique (I.D.S.), un programme très ambitieux lancé en 1983, puis abandonné, qui visait à déployer au sol et dans l'espace, pour protéger le territoire américain, un bouclier antimissile comportant des têtes nucléaires de faible puissance et des lasers.