En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giorgio Strehler

Acteur et metteur en scène de théâtre et d'opéra italien (Barcola, près de Trieste, 1921-Lugano 1997).

D’abord acteur dans diverses troupes itinérantes, il signe sa première mise en scène en 1943, sur un texte de Pirandello. C’est en Suisse, où il s’enfuit afin de ne pas être enrôlé dans l’armée, que ses talents de metteur en scène apparaissent de façon manifeste, avec la création du Caligula de Camus (1945). De retour après la Seconde Guerre mondiale, il fonde, avec Paolo Grassi (1919-1981), le Piccolo Teatro de Milan (1947), qui deviendra le principal centre de diffusion du théâtre de Brecht en Italie (l’Opéra de quat’sous, 1955 et 1973 ; la Vie de Galilée, 1963 ; la Bonne Âme de Se-Tchouan, 1981). Il en sera le directeur artistique jusqu'en 1968.

Dès lors, avec le souci constant de concilier le théâtre réaliste et civique et le « théâtre d’art », il s’attache à renouveler la scène italienne. Il se consacre à une nouvelle interprétation de l’œuvre de Goldoni, auquel il voue une véritable passion (Arlequin serviteur de deux maîtres, la trilogie de la Villégiature, Barouf à Chioggia), à la redécouverte de Carlo Bertolazzi (El nost Milan, L'egoista), à la mise en scène du théâtre de Shakespeare (Henri IV, Coriolan, le Roi Lear, la Tempête), ainsi qu'à celle des opéras de Mozart (les Noces de Figaro) et de Verdi (Macbeth, Falstaff).

Directeur de sa propre compagnie à partir de 1968 (Teatro e Azione), il revient à la tête du Piccolo Teatro en 1972 après le départ de Grassi à la Scala. Directeur du Théâtre de l’Europe (à l’Odéon) de 1983 à 1990, il assurera également de nombreuses mises en scène pour d’autres théâtres français, comme le Théâtre de la Porte Saint-Martin, le Théâtre national de Chaillot ou le Théâtre du Châtelet : l’Illusion comique (Corneille, 1983), Minna von Barnhelm (Gotthold Ephraim Lessing, 1984), Faust I et II (Goethe, 1989 et 1990), Il Campiello (Goldoni, 1992-1993), l’Île des esclaves (Marivaux, 1994).