En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Simenon

Georges Simenon
Georges Simenon

Écrivain belge de langue française (Liège 1903-Lausanne 1989).

Georges Simenon rénova le genre du roman policier par son sens de l'analyse psychologique et par la restitution à la fois réaliste et poétique de l'atmosphère d'une ville ou d'un milieu social. Il est le créateur du personnage du commissaire Maigret, qui lui valut une renommée internationale.

L'auteur de romans populaires

Ayant débuté à 16 ans comme journaliste à la Gazette de Liège (il y tient la rubrique des faits divers mais y donne déjà des contes, souvent érotiques), Georges Simenon quitte la Belgique en 1922 pour s'établir en France, à Paris d'abord, puis plus tard en province. Il parcourra l'Europe et l'Afrique, d'où il rapportera des reportages pour la grande presse. De 1945 à 1955, il vivra en Amérique (Canada, États-Unis). De retour en Europe, il se fixera définitivement en Suisse romande : à Échandens, à Épalinges, puis à Lausanne (1957).

Après un premier roman de mœurs locales publié à Liège, Au pont des Arches (1921), Simenon se consacre, à Paris, à une abondante production paralittéraire qui lui permet de gagner sa vie : il écrit environ un millier de contes légers destinés à des publications galantes ou humoristiques et quelque 200 romans pour collections à bon marché, le tout sous 17 pseudonymes. Le plus connu, Georges Sim, l'impose dès 1928 dans le genre policier en même temps que dans les faveurs d'un large public.

Le père du commissaire Maigret

En 1932, Simenon commence à publier sous son nom une série de romans policiers dont la dimension humaine et la pénétration psychologique renouvellent le genre, tout en lui conférant une plus grande valeur littéraire. Il y met en scène le personnage du commissaire Maigret, qui reviendra dans 103 enquêtes, réparties en 75 romans et 28 nouvelles. Il publie, en outre, des romans d'aventures et de mœurs, où il recrée d'une manière intensément vivante l'atmosphère d'une ville ou d'un milieu social. Parmi ses ouvrages – dont plusieurs seront adaptés aussi bien au cinéma qu'à la télévision, et traduits dans de nombreuses langues –, citons notamment le Chien jaune (1931), les Fiançailles de M. Hire (1933), l'Homme de Londres (1934), Maigret (id.), le Testament Donadieu (1937), le Bourgmestre de Furnes (1939), les Inconnus dans la maison (1940), la Veuve Couderc (1942), Pedigree (1948), la Mort de Belle (1952), Maigret et le clochard (1963) et Maigret et le marchand de vin (1970). Cette production considérable sera réunie dans les 72 volumes des Œuvres complètes parus aux éditions Rencontres, à Lausanne, de 1967 à 1973.

Après 1972, Simenon entame la « dictée » de ses souvenirs et réflexions, qu'il enregistre au magnétophone ; la matière fera l'objet de 21 volumes publiés de 1975 à 1981. Enfin, prenant définitivement ses distances avec son « métier » de romancier, il compose plusieurs récits autobiographiques : Quand j'étais vieux (1972), Lettre à ma mère (1974), Tant que je suis vivant (1978) ainsi que Mémoires intimes (1981) et Livre de Marie-Jo (id.), adressés à sa fille défunte, révèlent un écrivain ému et émouvant. Quatorze ans après sa mort, preuve de sa légitimité croissante dans le monde des lettres, le romancier à succès fera son entrée dans la Bibliothèque de la Pléiade (2003).

L'explorateur de l'âme humaine

Simenon, dans de multiples interviews, s'est souvent expliqué tant sur son puissant instinct créateur (qui lui permet d'écrire un roman en quelques jours : 8 chapitres en 8 jours le plus souvent) que sur ses sources d'inspiration. Celles-ci sont issues du besoin viscéral d'atteindre « l'homme nu », sans égard pour sa condition sociale, et de découvrir la faille secrète qui l'oblige à « aller jusqu'au bout de lui-même ». Dans chaque livre, le début de l'histoire contient en germe les développements qui constitueront la trame du récit. Cet élément initial et déterminant est souvent une mort violente, parfois un acte inattendu, en tout cas un événement qui vient rompre le quotidien de l'existence.

Qu'ils appartiennent à la série des « non-Maigret » ou à celle des « Maigret », les romans de Simenon tendent à l'homogénéité en raison de l'unité de la démarche de l'auteur, laquelle consiste à approfondir la connaissance de l'homme en explorant la part d'inconnu inhérente à ce dernier. Dépouillée de l'accessoire, du pittoresque régional ou exotique, l'humanité que peint l'écrivain n'a d'égale que son universalité. Ainsi, malgré les intrigues foisonnantes dans lesquelles évoluent ses personnages, Simenon reste toujours fidèle à une peinture de l'homme saisi dans ses motivations essentielles.