En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Yves Saint Laurent

de son vrai nom Yves Mathieu-Saint-Laurent

Yves Saint Laurent
Yves Saint Laurent

Couturier français (Oran 1936-Paris 2008).

Dès l’âge de 18 ans, en 1954, il signe sa première création, une robe de cocktail, et adopte le noir comme couleur fétiche. Remarqué pour ses talents de dessinateur, il entre l’année suivante comme styliste assistant chez Christian Dior et, lorsque ce dernier décède brusquement en 1957, il est désigné par testament pour prendre sa succession : à 21 ans, il devient le plus jeune couturier du monde, qui obtient un triomphe en présentant la collection printemps-été de 1958 (dite « Trapèze »). Quittant cependant la maison Dior, il fonde en 1961 sa propre société, dont le logo, YSL, va partir à la conquête de la galaxie du luxe. Aux collections de haute couture s’ajouteront les accessoires fabriqués sous licence – tels que chaussures, sacs, foulards – et les célèbres parfums de la gamme diffusée sous son nom.

Créateur du smoking et du tailleur pantalon pour femme, Yves Saint Laurent cultive une forme d’élégance proche de l’androgynie, sans cesser de renouveler ses sources d’inspiration (esprit « mai 1968 », esprit « rétro » [années 1940 puis 1930], esprit « exotique »). Il s’impose alors par une rigueur et un sens des proportions qui le situent dans la lignée de Chanel. Il en fait aussi la marque de sa ligne de prêt-à-porter (« Rive Gauche »), créée en 1966. Son « empire » comptera quelque deux cents boutiques dans le monde. En 1999, le prêt-à-porter, les parfums et les accessoires deviendront la propriété du Groupe Pinault-Printemps-Redoute.

Esthète dans l’âme, Yves Saint Laurent s’est lié aux plus grands artistes de son temps. Il a également dessiné des costumes de scène pour la danse (Roland Petit), pour le théâtre (Jean-Louis Barrault) et pour le cinéma (ciré noir de Catherine Deneuve dans Belle de jour de Luis Buñuel [1967]).

L’homme qui disait « Un bon vêtement, c’est un passeport pour le bonheur » présente son dernier défilé de haute couture en janvier 2002. Après la fermeture de sa maison, il contribue à la création de la Fondation Yves Saint Laurent-Pierre Bergé, qui gère une collection de 5 000 vêtements et de 15 000 accessoires portant sa griffe.