En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Théophraste Renaudot

Théophraste Renaudot
Théophraste Renaudot

Médecin et journaliste français (Loudun 1586-Paris 1653).

Ce médecin du roi, soutenu par Richelieu et le père Joseph, avait, en tant que commissaire des pauvres, ouvert une sorte de dispensaire-bureau de placement et publiait une feuille d'annonces.

Le 11 octobre 1631, il obtint le privilège de l'impression des « gazettes, nouvelles et récits de tout ce qui s'est passé et se passe tant dedans que dehors le royaume ». Il favorisa, dans sa Gazette et dans la feuille de son bureau d'adresses, l'échange par annonces entre ceux qui proposaient leurs services et ceux qui en demandaient : « Terres seigneuriales à vendre. Maisons aux champs qu'on demande à acheter. Bénéfices à permuter... »

En 1635, il prit la direction du Mercure de France.

La Gazette devenue la Gazette de France parut de 1762 à 1914.

Renaudot apparaît à plus d'un titre comme un fondateur. Premier directeur de journal, à l'origine de la publicité de presse, il fut également le premier rédacteur, ou rewriter : en effet, les nouvelles que publiait la Gazette n'étaient pas, le plus souvent, recueillies par lui ; il réécrivait des informations que d'autres – y compris Richelieu, et même Louis XIII – lui fournissaient, comme le feront tant d'autres journalistes après lui. Il émit en outre un certain nombre de préceptes concernant la recherche de la vérité qui, aujourd'hui encore, fondent la déontologie du métier.

Un prix littéraire, le prix Renaudot, fondé en 1925, perpétue sa mémoire.

Louis XIV confirma à ses fils Théophraste (conseiller à la Cour des monnaies, mort en 1672), puis Eusèbe (1613-1679) le privilège de la Gazette et du bureau d'adresses, qu'il continuèrent à diriger et à publier après la mort de leur père.