En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Richard Powers

Écrivain américain (Evanston, Illinois, 1957).

Richard Powers s’intéresse très tôt aux sciences et entreprend naturellement des études de physique à l’université de l’Illinois, avant d’entamer un cursus de littérature et d’obtenir son Master of Art en 1979. Il commence sa carrière comme programmateur informatique et, alors qu’il visite le musée des Beaux-Arts de Boston, découvre l’œuvre du photographe allemand August Sander prise en 1914, à la veille de la Première Guerre mondiale, représentant trois fermiers allant au bal. Cette découverte est cruciale pour Richard Powers et les regards que semblent lui adresser ces fermiers lui inspirent son premier roman, écrit en deux ans, Trois Fermiers s’en vont au bal (1985). Le titre de l’un des chapitres – une citation de Walter Benjamin : « Regarder un objet, c’est lui donner la capacité de vous regarder en retour » – définit, selon ses mots, sa « ligne esthétique » présente et à venir.

Richard Powers s’installe alors aux Pays-Bas, où il publie Prisoner's Dilemma (1988) puis The Gold Bug Variations (1991), un hymne à la musique, alliant avec subtilité génétique, physique, technologie et musique (l’une des thématiques les plus fréquemment utilisées par l’auteur, lui-même musicien amateur). De retour aux États-Unis, fort d’un certain succès littéraire, il obtient un poste d’écrivain en résidence à l’université de l’Illinois et enseigne la littérature.

Son œuvre érudite, scientifiquement inébranlable et à la narration minutieusement structurée, fait sans cesse référence aux progrès de la science et à la réalité virtuelle (Galatea 2.2, sur l’intelligence artificielle, 1995). « La technologie […] est l'extension du psychisme humain », selon Richard Powers, et l’auteur de s’interroger : « Comment allons-nous survivre au triomphe de cette création humaine qu’est la technologie et qui dorénavant nous dépasse ? » Ce qui intéresse Richard Powers, « c'est la transformation de l'existence matérielle avec l'avènement du numérique », qu’il relie toujours à la vie de l’homme et à la société : discriminations raciales (le Temps où nous chantions, 2003 ; inspiré du destin de la contralto afro-américaine Marian Anderson), usine de produits chimiques et cancer (Gain, 1998), accident de voiture et neurobiologie (la Chambre aux échos, 2006 ; National Book Award), confrontation entre l’hyper-technologie et la solitude d’un otage au Liban (l’Ombre en fuite, 2000).