En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kwame Nkrumah

dit Osagyefo, « le Chef victorieux »

Homme d'État ghanéen (Nkroful, près d'Axim, 1909-Bucarest 1972).

1. Le militant

Il fait ses études, à Accra, puis aux États-Unis. En 1945, il s'installe à Londres et devient militant politique, sous l'influence de George Padmore. En 1947, il revient en Gold Coast comme secrétaire général du mouvement d'opposition, l'United Gold Coast Convention (UGCC), et en 1949 fonde son propre parti, Convention People's Party (CPP). Arrêté en janvier 1950 à la suite de troubles répétés, il sort de prison lorsqu'il est triomphalement élu à Accra, en février 1951, tandis que son parti contrôle la majorité de l'Assemblée.

2. L'artisan de l'indépendance et du panafricanisme

Nkrumah devient Premier ministre en mars 1952 et, dès 1953, lance la campagne pour l'indépendance au sein du Commonwealth. En mars 1957, la Gold Coast devient indépendante sous le nom de Ghana. Dès lors Nkrumah fait figure de dirigeant panafricaniste, appelant à l'indépendance de toute l'Afrique (conférence des États africains d'Afrique, en 1958, à Accra). En 1961, il forme l'union, éphémère, du Ghana, de la Guinée et du Mali. En 1963, l'adoption à Addis-Abeba de la charte de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) sera un de ses grands triomphes. Il applique une politique neutraliste dans les affaires internationales, tout en opérant un rapprochement avec le bloc communiste.

3. L'homme d'État

En 1960, un référendum concernant la nouvelle Constitution est approuvé et Nkrumah est élu à la présidence de la République, fonction qu'il cumule avec celles de secrétaire génral du CPP et de président du comité central de ce parti, devenant ainsi le seul maître du Ghana. Son action à l'intérieur vise essentiellement l'industrialisation massive et rapide du pays. La planification, qui prend très vite une orientation socialiste, se heurte à de nombreux obstacles ; l'importance des dépenses de l'État entretient une opposition constante (nombreux attentats, durement réprimés), notamment vers 1964, au moment de la consécration du parti unique. En 1966, lors d'un voyage de Nkrumah en Chine, l'armée s'empare du pouvoir et Nkhrumah doit s'exiler.

Pour en savoir plus, voir l'article Ghana.