En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Catherine Meurisse

Ballet romantique, par Catherine Meurisse
Ballet romantique, par Catherine Meurisse

Dessinatrice française (Niort 1980).

Après avoir étudié les lettres à l’université de Poitiers puis l’illustration à l’école Estienne, où elle décroche un diplôme des Métiers d’art en 2002, elle entre à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Encore étudiante, elle imagine, sur des textes d’Alexandre Dumas, Causerie sur Delacroix, qui est primé par le jury de l’école en 2004 et sera publié l’année suivante. Fraîchement diplômée (2005), elle intègre l’équipe de Charlie Hebdo, certains dessinateurs de la rédaction l’ayant repérée en 2001 lors d’un concours de dessins de presse.

Depuis, outre Charlie Hebdo, Catherine Meurisse dessine aussi notamment pour Libération, les Échos, les Inrockuptibles et Marianne, sans pour autant délaisser la presse enfantine (Okapi, DLire, Wapiti, Eurêka). Illustratrice de livres pour la jeunesse (Comment bien vivre avec son corps, textes de Marie Bertherat, 2003 ; le P’tit Miam, textes d’Anne Goldschmidt, 2004 ; Y a-t-il une princesse pour sauver la reine ?, textes de Christophe Nicolas et Rémi Chaurand, 2008), elle a participé, dans un registre plus satirique, aux albums Mozart qu’on assassine (2006) et Bébés congelés chiens écrasés (2007) avec le collectif « Bonobo VI » (Charb, Jul, Luz, Riss, Tignous).

Saluée par ses pairs pour sa bande dessinée Mes hommes de lettres (2008), qui met en scène avec humour, gourmandise et un enthousiasme communicatif les grands noms de la littérature française de Chrétien de Troyes à Jean-Paul Sartre, elle a également participé à l’édition anniversaire 2010 du Petit Larousse en illustrant des mots de la langue française.