En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Kofi Agyekum Kufuor

Homme d'État ghanéen (Kumasi 1938).

Issu d’une famille catholique aisée et de l’ethnie ashanti, diplômé de droit au Lincoln’s Inn de Londres ainsi que d’économie, philosophie et politique à l’université d’Oxford, il entreprend une carrière d’avocat à Kumasi en 1965 avant d’être élu à l’Assemblée constituante convoquée par le gouvernement militaire en 1968 à la suite du renversement de Kwame Nkrumah en 1966. Élu député en 1969 sur une liste du parti du Progrès, il est nommé vice-ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Kofi Busia. Le coup d’État de 1972, puis, après une brève parenthèse durant laquelle il participe à l’élaboration de la troisième Constitution (1978), l’évolution autocratique de Jerry Rawlings à partir de 1981, l’écartent de la vie politique jusqu’au début des années 1990.

Après avoir disputé sans succès l’investiture du New Patriotic Party (NPP) en 1992, il est choisi comme candidat de l’alliance de l’opposition en 1996. Battu par J. Rawlings, il prend sa revanche en décembre 2000 après avoir accédé en 1998 à la présidence du NPP. Outre sa base territoriale en pays ashanti, J. Kufuor reçoit notamment le soutien des milieux urbains, des professions libérales et des étudiants, en quête d’un renouvellement de la classe dirigeante. Se donnant cinq objectifs prioritaires – bonne gouvernance, modernisation de l’agriculture, soutien au secteur privé, renforcement des services sociaux et développement des infrastructures –, il est élu avec 57,4 % des voix face au vice-président John Evans Atta Mills, candidat du parti au pouvoir et du gouvernement sortant, et inaugure ainsi la première alternance pacifique et démocratique véritable au Ghana depuis son indépendance, avant d’être réélu en 2004 puis de laisser la place à son vieil adversaire, finalement vainqueur en décembre 2008.

Pour en savoir plus, voir l'article Ghana.