En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernard Kouchner

Bernard Kouchner, Kosovo, 1999
Bernard Kouchner, Kosovo, 1999

Médecin et homme politique français (Avignon 1939).

Docteur en médecine, il fonde les associations Médecins sans frontières (1971) puis Médecins du monde (1980), chargées de l'assistance sanitaire, en particulier dans le tiers-monde. Habile à placer les médias au service des ONG, il devient l'un des « french doctors » les plus célèbres du monde. Secrétaire d'État chargé de l'Action humanitaire (1988-1992), puis ministre de la Santé et de l'Action humanitaire (1992-1993), il multiplie les missions sur le terrain, en appelant, notamment, au « devoir d'ingérence humanitaire ». Élu député au Parlement européen en 1994 sur la liste socialiste menée par Michel Rocard (1994-1997), il entre l'année suivante au parti radical de gauche dont il devient le porte-parole, puis adhère au parti socialiste en 1998. Secrétaire d'État chargé de la Santé et de l'Action sociale (1997-1999) dans le gouvernement Jospin, il est nommé haut-représentant de l'ONU pour l'administration civile provisoire du Kosovo de 1999 à 2001, puis, il rentre en France et devient ministre délégué à la Santé (2001-2002).

Très populaire dans l'opinion, il est marginalisé au sein d'un parti socialiste dont il n'approuve pas toutes les orientations (sur la question irakienne, le contrat nouvelle embauche, l'ouverture du capital d'EDF, etc.). Après avoir un temps envisagé de s'engager dans des « primaires à l'italienne » pour désigner le candidat de la gauche à la présidentielle de 2007, il rallie en février 2007 l'équipe de Ségolène Royal, non sans taire ses appels réguliers à une alliance au centre de François Bayrou rejetée par le PS. Ayant fait connaître à la fin 2006 qu'il n'écartait pas l'éventualité de participer à un cabinet d'union nationale en cas de victoire de Nicolas Sarlozy, il devient six mois plus tard, en mai 2007, la principale figure de l'ouverture préconisée par le nouveau président dans le gouvernement Fillon, en charge des Affaires étrangères, poste auquel il n'est pas reconduit lors du remaniement ministériel de novembre 2010.

Pour en savoir plus, voir les articles histoire de la France, Ve République.