En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Kagame

Paul Kagame
Paul Kagame

Homme d'État rwandais (province de Gitarama 1957).

Tutsie et de sang royal, sa famille fuit les attaques menées par les Hutus lors de l'indépendance (1959), et se réfugie en Ouganda. En 1979, Paul Kagame rejoint le futur président ougandais, Yoweri Museveni, dans un mouvement de résistance contre le régime d'Idi Amin Dada. Officier dans l'armée ougandaise, chargé des services de renseignement (1986-1990), il participe, en 1987, à la création du Front patriotique rwandais (FPR), mouvement de guérilla constitué de réfugiés tutsis mais aussi de Hutus modérés, qui envahit le Rwanda à partir de l'Ouganda le 1er octobre 1990. Paul Kagame signe avec le gouvernement rwandais les accords d'Arusha (4 août 1993) qui tendent au rétablissement de la paix et au partage du pouvoir lorsque, le 6 avril 1994, l'avion transportant le président rwandais Juvénal Habyarimana et son homologue burundais est abattu, attentat qui déclenche le génocide organisé par les milices extrémistes hutues de la minorité Tutsie, au cours duquel sont également massacrés des Hutus modérés (avril-juillet 1994).

Victorieuses, les troupes du FPR renversent les forces gouvernementales rwandaises (FAR) et le gouvernement intérimaire. Alors que Pasteur Bizimungu, un Hutu modéré, est choisi comme président du Rwanda pour la période de transition, Paul Kagame, nommé vice-président et ministre de la Défense le 19 juillet 1994, devient le véritable homme fort du pays. Désigné par le Parlement rwandais à la tête de l'État après la démission de Pasteur Bizimungu en 2000, il devient le premier président rwandais élu au suffrage universel direct lors des élections multipartites de 2003. Fort d'un bilan économique positif, il est réélu en 2010 avec 93 % des suffrages, malgré sa dérive autocratique du pouvoir et sa volonté de préserver à tout prix l'« unité nationale ».

Pour en savoir plus, voir l'article Rwanda.