En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Geronimo

Chef apache (No-Doyohn Canyon, aujourd'hui Clifton, Arizona, 1829-Fort Sill, Oklahoma, 1909).

lI mène quelques-unes des opérations, mi-guerres, mi-escarmouches, auxquelles se réduit la résistance indienne dans le sud-ouest des États-Unis, prenant notamment les armes en 1882-1883 et 1885. Il s'enfuit ensuite au Mexique, revient aux États-Unis et réussit à obtenir que sa tribu soit regroupée dans l'Oklahoma. En 1901, au cours du défilé qui illustre l'accession à la présidence de Theodore Roosevelt, il est exhibé dans les rues de Washington.

Pour venger l'assassinat de sa famille par des Mexicains en 1858, il participa à de nombreux raids. Sa bravoure lui valut d'être élevé au rang de chef. Après avoir combattu les Mexicains jusque dans les années 1870, il joua un rôle important lorsque les Apaches, déportés de force dans une réserve dans l'est de l'Arizona, rompirent la paix avec les États-Unis.

En 1876, les Apaches furent déportés vers la réserve honnie de San Carlos, située dans la vallée désertique de la rivière Gila. Deux ans plus tard, Geronimo s'enfuit au Mexique ; mais il revint en 1880 après avoir effectué de nombreux raids. Il resta en paix jusqu'à l'automne 1881, date à laquelle il reprit ses habitudes de pillard sur les deux côtés de la frontière américano-mexicaine. Il échappa aux troupes lancées après lui par les deux pays pendant plus de deux ans mais finit par se rendre en mai 1883 et retourna à San Carlos.

En 1885, accompagné de 34 guerriers, 8 adolescents et 92 femmes et enfants, il quitta la réserve et recommença ses raids. Pourchassé par une puissante expédition militaire, il finit par se rendre le 25 mars 1886, mais s'enfuit de nouveau avec 24 compagnons. Le gouvernement américain lança alors à sa poursuite 5 000 soldats, 500 scouts apaches et des milliers de miliciens. Geronimo ne se rendit que cinq mois plus tard. Tous les Chiricahuas furent alors déportés comme prisonniers de guerre vers la Floride.

Conformément au traité signé par Geronimo avec le gouvernement de l'Union en mars 1886, ils furent installés en 1894 à Fort Sill dans l'Oklahoma. Désormais célèbre, Geronimo visita l'Exposition internationale de Saint Louis et assista à la cérémonie d'investiture du président Theodore Roosevelt, en 1905. La même année, il dicta son autobiographie, Geronimo, sa propre histoire, au journaliste S. M. Barrett. Il mourut d'une pneumonie à Fort Sill, le 17 février 1909.