En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ian Ernest Gilmore Green, dit Gil Evans

Pianiste, arrangeur et chef d'orchestre de jazz américain (Toronto, Canada, 1912-Mexico 1988).

Il dirige son premier orchestre dès 1933, travaille de 1941 à 1948 pour Claude Thornhill. En 1949, il écrit pour le trompettiste Miles Davis des arrangements légendaires (The Birth of the cool). Il retrouve Miles Davis en 1957. C'est alors qu'il connaît une notoriété méritée grâce aux albums Miles Ahead, Porgy and Bess (1958), Sketches of Spain (1959-1960). Dans les années 1970, Gil Evans écrit des arrangements où il réalise avec bonheur la « fusion » entre les instruments à vent et les instruments électroniques (There comes a time, 1974). Disciple de Duke Ellington pour sa façon de jouer avec les timbres, il a fait évoluer l'art de l'orchestration en inventant des « mondes sonores » d'une grande richesse et subtilité.

Le jeune arrangeur autodidacte qui introduisit cors et tuba dans l'orchestre de Claude Thornhill allait non seulement perturber la composition « classique » du big band par l'emploi d'instruments inhabituels, mais aussi bouleverser le traditionnel clivage de l'orchestre par sections. Ce qui compta le plus pour l'auteur d'une musique en perpétuel mouvement, pour cet infatigable meneur d'orchestres souvent éphémères, c'est la couleur plus que le swing considéré comme méthode, l'éclatement plus que l'effet de masse dans un style impressionniste (l'influence de Debussy, Ravel, De Falla, Albéniz, qu'il écouta dans les années 1930), d'un grand raffinement harmonique. Autre caractéristique, et non des moindres, la liberté qui préside à l'élaboration des œuvres et celle concédée aux solistes depuis le début des années 1970, lorsque Gil, s'emparant de l'électronique et des rythmes binaires, proposa une « fusion » haut de gamme du jazz et du rock.

La plupart des amateurs découvrent Gil Evans grâce à sa collaboration avec Miles Davis ; il contribue au disque-clé Birth of the Cool, dans lequel il signe deux chefs-d'œuvre, Boplicity et Moon Dreams. Six ans plus tard, Miles fait appel à lui pour cinq disques indispensables : Miles Ahead (1957), Porgy and Bess (1958), Sketches of Spain (1959), incluant le fameux Concierto de Aranjuez, At Carnegie Hall (1961) et Quiet Nights (1962). Gil se produit peu au cours des années 1950-1960, mais poursuit son travail d'arrangeur et enregistre sous son nom quelques albums, avec notamment Steve Lacy, Lee Konitz, Cannonball Adderley dont, en 1960, Out of the Cool.

Son premier disque « électrique », Svengali (1973), suscite bien des polémiques. Entouré de jeunes musiciens (George Adams, David Sanborn, Jon Faddis, Lew Soloff, Hannibal Marvin Peterson [trompette], Hamiet Bluiett [anches], Warren Smith [percussions]…), Gil proposera désormais une musique épousant la génération du rock, du free et du funk, une musique qui réconcilie Charlie Parker et Jimi Hendrix dont il enregistre des compositions en 1974. Cette même année, il se produit pour la première fois en France, où il reviendra souvent, et connaît enfin une certaine renommée internationale ; il collabore au disque de Miles Davis, Star People , joue tous les lundis au Club Sweet Basil de New York, enregistre avec Helen Merrill, puis, en France, avec le big band Lumière de Laurent Cugny et, en duo piano électrique-saxo soprano, avec Steve Lacy.