En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

René Daumal

Écrivain français (Boulzicourt, Ardennes, 1908-Paris 1944).

Poète précoce, dès le lycée, à Reims, il fonde le « Club des Simplistes », qui donnera naissance au groupe du Grand Jeu. Proche du surréalisme par ses préoccupations morales, son exploration du rêve, il s'en écarte par son goût des paradis artificiels et de l'humour pataphysique. Dès 1930, il se tourne vers les religions orientales, dont il traduit les textes fondamentaux, et vers un savoir ésotérique, que renforce sa rencontre avec Georges Ivanovitch Gurdjieff en 1938.

Parmi ses poèmes (le Contre-Ciel, 1936 ; Poésie noire, poésie blanche, 1938) et ses récits (la Grande Beuverie, 1938), il faut détacher un roman symbolique inachevé, le Mont Analogue (1952), contant l'aventure d'un groupe d'amis à la découverte d'une montagne mystérieuse d'où l'on aperçoit l'univers dans une perspective inconnue, unissant le ciel à la terre. Ses essais, rassemblés en 1972 (l'Évidence absurde, les Pouvoirs de la parole) révèlent sa contribution fondamentale au Grand Jeu : ses études sur Nerval, Rimbaud, Jarry, Lautréamont manifestent une « certitude douloureuse cherchant le mot si clairement introuvable » et ses analyses de la pensée hindoue traditionnelle, comprise comme « métaphysique expérimentale », lui fournissent les moyens de définir son être véritable. Sa correspondance enfin (Lettres à ses amis, 1958) témoigne de sa critique radicale de la pensée occidentale.