En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Baptiste Bernadotte Charles XIV ou Jean-Baptiste Bernadotte Charles Jean

Jean-Baptiste Bernadotte
Jean-Baptiste Bernadotte

(Pau 1763-Stockholm 1844), maréchal français, puis roi de Suède et de Norvège de 1818 à 1844.

1. Maréchal dans la Grande Armée

Engagé à 17 ans, il est sergent dans le régiment de Royal-Marine en 1789. Colonel, puis général de division, il prend une part importante à la victoire de Fleurus (1794). Lieutenant de Jourdan en Allemagne jusqu'en 1796, de Bonaparte en Italie en 1797 (→ campagne d'Italie), il est, en 1798, envoyé comme ambassadeur à Vienne.

Pendant la guerre de la deuxième coalition, il reçoit le commandement de l'armée du Rhin et devient ministre de la Guerre (1799). Il passe pour un des meilleurs généraux de la République et pour un rival possible de Bonaparte. En 1804, il est, néanmoins, compris dans la première promotion de maréchaux et, en 1805, commande un corps de la Grande Armée; il sera fait prince de Ponte-Corvo l'année suivante. Il prend également une part brillante aux campagnes de 1806 et 1807, malgré une inaction fâcheuse dans la journée d'Iéna.

2. Au service de la Suède et de la Norvège

Mais, en 1809, il se voit enlever le commandement du 9e corps, et revient à Paris, très irrité contre Napoléon. Aussi accepte-t-il sa désignation comme prince héritier par les États de Suède (1810). Il part pour Stockholm et se comporte dès lors en Suédois. Dès 1812, il s'allie avec Alexandre de Russie contre son ancien souverain. En 1813, il commande une des armées alliées, et décide du sort des journées de Leipzig. En récompense, il obtient l'union des couronnes de Suède et de Norvège. Il devient définitivement roi le 5 février 1818, à la disparition de Charles XIII. Il pratique une politique résolument pacifiste et libérale et fonde la dynastie qui règne encore en Suède.

Pour en savoir plus, voir les articles Napoléon Ier, Suède : histoire.